C'est toujours de sa faute ! Ou pas... La cause ? Des femmes surmenées

Le nouveau pouvoir de la femme serait donc une des clés du problème. Mais, il ne faut pas oublier que ce modèle de femme émancipée, libre, indépendante et sûre d'elle est loin de correspondre à toutes les femmes.

"Beaucoup de femmes sont rassurées de ne pas avoir de rôles extérieurs et c'est pour cela que l'on observe un retour de certaines femmes à la maison. Celles-là vivent mieux le pouvoir de leur homme. Elles sont fatiguées de toujours devoir se battre, faire leurs preuves à l'extérieur en plus de les faire à la maison."

Mais il est vrai qu'aujourd'hui, les femmes, surtout les citadines, veulent être à la fois l'amie, la patronne, la femme et la mère de famille. L'émancipation ne s'est faite, mais qu'à moitié. En effet,  "bien que la femme ait toujours eu un pouvoir domestique, elle a aujourd'hui, en plus, acquis un pouvoir social et professionnel également et ce, très rapidement, confirme Catherine Serrurier. Mais comme c'est rapide, ça reste plus ou moins superficiel."

Alors, il n'est pas toujours évident d'assurer sur tous les fronts. "La culpabilité est un sentiment qui peut naître chez ces femmes émancipées de ne pas pouvoir accorder tout le temps qu'elles voudraient à l'entretien du foyer, de manière générale ", ajoute la psychologue.

Entre le travail, les courses, les obligations sociales et la maison, de nombreuses femmes se trouvent surmenées. Et quand on est fatiguée, lassée, usée, le plus simple est encore de fustiger son partenaire : de ne pas en faire assez, de ne pas aider, de ne pas anticiper les tâches quotidiennes, etc. En bref, on leur reproche de ne pas être comme nous. Est-ce bien légitime ?

Il est plus simple d'accuser que de se remettre en cause ou de rester sur les points positifs. "Par exemple, c'est un raisonnement typiquement féminin que de culpabiliser de passer trop de temps au travail et donc, autant de temps en moins pour s'occuper de la maison. Et donc, elles déversent leurs frustrations sur leur partenaire." 

 

Sommaire