Et si on faisait toit séparé ? Les avantages à vivre séparément

Un million deux cent mille : c'est le nombre de personnes en couple qui ne vivent pas ensemble, selon une nouvelle étude Ined. Pour certains, la question du toit commun ne s'est pas encore posée. Pour d'autres, il s'agit d'un choix réfléchi. On est entré dans leur tête (et leur appart) : découvrez les bonnes raisons de faire adresse séparée.

Et si on faisait toit séparé ? Les avantages à vivre séparément
© Wavebreak Media Ltd - 123RF

S'installer ensemble est une étape de la vie de couple. Est-elle forcément obligatoire ? Non. On peut tout à fait être amoureux, heureux à deux, et vivre chacun de son côté. Une étude de l'Ined* prouve que plus d'un million de Français ont fait le choix de l'amour à distance (que ce soit un pallier, une rue ou un quartier). La preuve par quatre que garder son chez soi peut être une excellente idée.

On entretient le désir

On se souvient des débuts de notre histoire : un SMS (ou trois) et un rendez-vous dans l'agenda. Et puis la hâte d'être à mardi, l'hésitation entre deux jeans identiques, les joues maquillées ce qu'il faut et les papillons dans le ventre dans la ligne 13. En faisant toit à part, on conserve l'excitation des débuts. Une excitation qui inonde notre cerveau d'ondes positives (il faut voir ce que l'on projette de délicieux) et entretient le sentiment amoureux et le désir sexuel. En somme, on évite la routine même si cela ne nous empêche pas d'avoir des habitudes. Elles sont essentielles puisqu'elles constituent le socle de la relation. Mais, comme nous, elles profitent de retrouvailles intenses.

On sait pourquoi on se quitte

C'est le paragraphe le moins drôle, mais il vaut le coup (voyez un peu). Quand on ne cohabite pas, on ne se dispute plus pour la vaisselle, les enfants, le loyer, les chaussettes, les horaires ou la couleur des rideaux. Donc on ne se quitte pas pour ça. On n'envoie pas tout valser pour un désaccord du quotidien (même si, admettons-le, certains détails ne sont que le lieu d'expression d'un dysfonctionnement plus profond). Disons, donc, que si on se sépare, on se quittera pour les "bonnes raisons", comme des valeurs différentes et deux visions de la vie qui ne collent pas. Vivre séparément, c'est aussi se choisir pour ce que l'on est (et non pas parce que l'autre comble un vide ou couche avec Crésus par exemple).

On choisit son cadre de vie

On a vu le truc venir : notre mec ne corne jamais aucune page dans le magazine Ikea. Son bonheur, à lui, c'est plutôt le buffet vernis de maman. En plus, il pourrait vivre dans dix mètres carré sans décoration (tant qu'il y a une télévision et un bol de lait). En prenant la décision de vivre séparément, on reste en accord avec soi-même. On choisit son quartier, son ambiance, son décor, son budget aussi. Nous n'avons peut-être pas les mêmes attentes et n'investissons peut-être pas de la même façon notre intérieur. C'est très personnel un lieu de vie. Alors qui sait s'il n'est pas préférable que chacun s'épanouisse dans son univers, un univers que l'on visite avec plaisir un soir sur deux, trois ou quatre ?

On garde son indépendance

Non, le couple n'est pas un piège. Il n'est pas non plus une prison. Bien sûr que nous pouvons rester indépendants tout en vivant à deux. Si ce n'est que nous ne surfons pas toujours sur le même terrain : l'un peut avoir davantage besoin de la présence de l'autre, l'autre peut s'agacer de recevoir des SMS en soirée (tu rentres quand ?). Il n'est pas toujours simple de profiter de ses sorties quand on se sent attendue ou que l'on flirte avec l'attente. Parfois, c'est autre chose : on est simplement tentée de retrouver notre partenaire (désolée les copines). Si bien que notre "à-côté" s'appauvrit. Notre couple est une priorité, mais ce qu'il y a autour existe aussi. En menant chacun nos vies et en se retrouvant quand on le choisit, on trouve ainsi l'équilibre. Et qui dit équilibre dit épanouissement.

*La famille à distance, Ined

Voir aussi :