Couple : 3 motifs de rupture qui n'ont pas raison d'être

Savez-vous ce qu'est un stress post-romantique ? C'est un mythe romantique qui s'écroule ! Autrement dit, la relation démarre, elle est belle, fusionnelle, jusqu'à ce que nous soyons confrontés à trois soucis : la baisse du désir, l'effondrement de la similarité et l'émergence des conflits. Ces trois "effritements" n'ont pas toujours lieu, mais s'ils surviennent, il existe des solutions (et partir n'en est pas une). Explications et conseils.

© 123RF

J’arrête d’être mal dans mon couple, signé Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont, tous deux psychopraticiens d’inspiration jungienne, est un petit guide précieux qui vient de sortir aux éditions Eyrolles. Son sous-titre ? Vingt-et-un jours pour sauver l’amour ! On y trouve des conseils pour faire durer notre couple et en prendre soin. Sont mis en avant dans le livre les principaux stress post-romantique qui surviennent généralement dans une relation et qui nous font remettre en question toute notre histoire. On vous donne les clés pour préserver votre union, plutôt que de baisser les bras !

1. La baisse du désir : oops on fait moins l’amour

Etat des lieux : Chimiquement, c’est prouvé : le désir ne dure pas toujours. Le niveau de dopamine et de phényléthylamine stimulant la sécrétion de testostérone – l’hormone du désir sexuel – baisse peu à peu. Entre douze et dix-huit mois de vie commune, le désir sexuel peut donc freiner. À ce moment-là, un premier nuage noir fait son apparition : pourquoi moi j’ai envie et pas lui ? Pourquoi moi j’ai envie et pas elle ? Est-ce que je ne l’excite plus ? C’est à lui de venir, moi je n’y vais pas, je veux sentir qu’il a envie de moi, etc. Et par-dessus, une question supplémentaire : on s’aime toujours, du coup, si on se touche moins ?

La solution : Baisser les bras n’est pas la bonne. Les auteurs de J’arrête d’être mal dans mon couple recommandent un exercice à faire à deux. On commence par se rappeler que nous sommes, chacun, à la fois désirant (envie de toi) et désirable (je me sens désirable quand je mets ma petite robe sexy). Face à face, dites à l’autre en quoi vous le trouvez désirable et dans quelles situations vous vous sentez désirable. Chacun votre tour, parlez, dévoilez-vous. Mettre des mots sur ce que vous ressentez, l’un pour l’autre et l’un avec l’autre, créera une synergie entre vous et vous fera découvrir de nouvelles pistes.

2. L’effondrement de la similarité : en fait, on ne ressemble pas du tout !

Etat des lieux : Lorsque l’on se rencontre, on a le sentiment d’être les mêmes. Même vision des choses, de l’avenir, même humour. On est fiers de se comprendre au moindre regard, sans un mot. C’est fou, on a trouvé notre âme sœur ! Puis le temps passe et le mythe s’écroule. On n’a plus les mêmes envies, plus les mêmes goûts et une seule conclusion : nous ne sommes pas avec la bonne personne, nous nous sommes illusionnées et nous nageons en pleine erreur. Chacun se sent bancal, attend d’être rassuré, de sentir que l’autre pense toujours la même chose ou que, malgré nos divergences, l’amour n’est pas remis en cause.

La solution : Dans cette situation, vous et votre compagnon ressentez tous les deux de besoin de sentir que l’autre vous comprend et vous aime toujours, malgré vos pensées différentes, vos goûts qui s’opposent. Alors bichonnez-vous ! Offrez-vous des cadeaux, organisez des moments de complicité, valorisez l’autre, ses actions, ses initiatives et câlinez-vous. Quoi de plus rassurant qu’un tendre moment ? Vous l’avez compris, la clé, c’est de se RASSURER ensemble ! Il ne s’agit pas d’essayer à tout prix – et à nouveau – d’être identiques, mais d’équilibrer nos différences avec des moments d’amour, de tendresse, d’attention.

3. Les conflits qui éclatent trop souvent : tu te trompes et moi, j’ai raison !

Etat les lieux : Tout était rose, mais voilà que l’on commence à hausser le ton, bouder, s’opposer. Pourquoi ? Parce qu’avec le temps, chacun ose s’affirmer et se sent de moins en moins enclin aux concessions. On expose ses désirs, ses envies, on reprend le dessus et voilà que les conflits éclatent. C’est toi contre moi, ton point de vue contre mon point de vue. La belle harmonie qui nous unie laisse place aux luttes de pouvoir et nous entrons dans un cadre négatif. Etre en conflit, ce n’est pas mauvais, mais ne pas se remettre en question, s’imposer, chercher à prendre le pouvoir sur l’autre et prétendre que l’on a forcément raison, c’est mauvais.

La solution : on sort du négatif, on entre dans le positif ! Et si, chaque soir, avant de dormir, on listait trois choses que l’on a appréciées chez l’autre aujourd’hui ? Ton SMS de ce matin, le plat que tu as cuisiné, le pull que tu portais t’allait très bien… En partageant tout ce qui nous a touchés, on se met quelque part à nu, on dévoile du bon, on s’estime (très important) et on quitte le cercle vicieux de la dévalorisation. Endormez-vous là-dessus, que du bonheur !

Pour aller plus loin
J’arrête d’être mal dans mon couple, 21 jours pour sauver l’amour
Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont
Editions Eyrolles
1,90 euros

© 123RF