Mon mec n'aime pas mes amis et ça me pèse

Fernand refuse de nous suivre en soirée avec nos amis. Quand on les cite, il grimace. Bref, il s'en fiche ou s'en agace. Tandis que nous, ça nous pèse pas mal. Sans issue ? Réponses avec Audrey Akoun, thérapeute cognitivo-comportementaliste, auteur de "Je dis STOP à la pression".

© 123RF - Dean Drobot

"Il m'a dit que mes amis n'étaient pas funs… Je me dis alors que je ne le suis pas. Et je suis vexée comme un pou", confie Fanny, 28 ans. Etre vexée, rien de plus normal. "On s'apparente à nos amis, ils nous ressemblent, commente Audrey Akoun. Ne pas aimer nos amis, c'est une attaque directe, cela revient bien souvent à penser que notre compagnon n'aime pas une partie de nous. C'est un jugement qui touche quelque chose de narcissique en nous." Mais inutile de se tracasser, revenons au factuel : nos amis sont nos amis, nous ne sommes pas nos amis (véridique). "Cela ne doit pas nous remettre en question, poursuit l'experte. Notre conjoint n'a pas l'historique, il ne connaît pas réellement nos amis, leur passé et son regard sur eux ne nous fait pas perdre de valeur." Penser alors que ne pas aimer nos amis signifie ne pas nous aimer nous est un raccourci facile, mais biaisé. La première chose à faire, c'est d'accepter, parce que chacun aime bien qui il veut. La seconde, c'est de trouver des petits arrangements de couple. Détails.

Il a le droit de ne pas… les aimer

Première étape : accepter. Fernand aime le brocoli, pas trop le navet. Après tout, c'est son choix. Il a décidé que notre bande ne lui plaisait pas et il peut bien faire sans. La seule chose inacceptable, c'est qu'il dénigre ou critique nos amis. "Nos amis, on les aime. Notre partenaire n'a pas à dire du mal d'eux ouvertement et trop souvent, ajoute Audrey Akoun. Si on tolère ses goûts, on ne tolère pas ses remarques. Et surtout, on ne s'écarte pas de nos amis. Fernand n'a pas le droit de nous isoler et nous retourner le cerveau." L'amitié est une valeur plus pérenne que l'amour (et en plus, c'est le secret du bonheur), on en a besoin toute notre vie et "il n'est pas bon de sacrifier ses amis pour une passion amoureuse", rappelle la thérapeute.   

Chacun sa vie : la solution pour se sentir mieux

Il ne faut pas en faire une affaire d'Etat. A partir du moment où l'on comprend que Fernand a le droit de ne pas apprécier notre bande et que cela ne fait pas de nous une pauvre fille, on organise ses virées entre potes à notre guise et seule. "On n'est pas obligé d'être tout le temps ensemble, souligne Audrey Akoun. On peut avoir des vies sociales distinctes et se retrouver sur quelques activités en commun." Cet équilibre est important et nous évitera de nous tracasser dès lors que Fernand refuse de nous suivre. La solution est là : on y va sans lui, à cet anniversaire. Et peut-être que la semaine prochaine, il viendra chez nos parents ? Oui, parce qu'il aime venir chez nos parents. Et ça, il faut en prendre conscience : tout est question de répartition.

Et s'il était jaloux ?

On peut tenter d'éclaircir le pourquoi du comment il n'aime pas nos amis. Une histoire de caractère ? C'est ce à quoi on pense le plus souvent. Mais parfois, c'est plutôt une question de jalousie. Ce que Fernand n'aime pas, c'est peut-être qu'on donne trop d'importance à notre bande, qu'on passe trop de temps avec, qu'on l'impose sans cesse. Et s'il se sentait mis à l'écart ? Alors on s'interroge. Notre relation avec nos amis prend-elle trop de place ? Est-elle trop envahissante ? Marche-t-elle sur notre couple ? Vous pouvez ouvrir le dialogue, discutez avec Fernand de ce qu'il ressent. Peut-être qu'il vous faudra vous remettre en question vous, peut-être que ce sera à lui de faire des efforts, peut-être aussi que vous trouverez vos zones d'équilibre. Une conversation au calme sur tout ça et… chacun se sentira mieux dans sa position.

Merci à Audrey Akoun, thérapeute cognitivo-comportementaliste, co-auteure avec Isabelle Pailleau de Je dis STOP à la pression (Ed. Eyrolles).

Voir aussi :