Premières vacances en couple : 4 trucs à éviter

Quelques mois de relation (sur un nuage) et vous voilà littéralement dans le ciel, à vous envoler pour vos premières vacances à deux. Histoire que ça ne vire pas à l'orage, voici quelques conseils.

Premières vacances en couple : 4 trucs à éviter
© 123RF

On programme souvent les vacances à deux avant le premier appart (c'est plutôt intelligent, l'un étant plus facilement réversible que l'autre). Ce qui implique que ce sera sûrement la première fois que l'on passera 24h sur 24 ensemble pendant aussi longtemps. Du réveil au coucher, l'autre est là, qui bronze, dort ou cherche le sens du vent en tendant un doigt vers le ciel tandis qu'on se fait les peaux mortes. Bienvenue dans le quotidien ! Quatre trucs à éviter pour passer un séjour idyllique.

Les remarques inutiles : "Donc en fait au petit-déjeuner, tu manges vraiment des céréales pour enfants ?"

Commenter à haute voix chacune de ses découvertes est très tentant, alors qu'on va être tous deux immergés dans le quotidien de l'autre non-stop. Il adore le lait, à la piscine il fait des bombes (chaud), et quand il mange, c'est bruyant (et jusqu'ici, on n'avait pas connu plus silencieux que le désert des Alpes pour s'en apercevoir). A la longue, ce genre de remarques tout à fait inutile devient agaçant. Donc on les garde pour soi. Parce qu'on le prendrait comment, nous, des réflexions comme "Donc en fait, t'es plutôt topless ? ", "Je savais pas que t'étais une psychorigide de l'organisation ?".

Les refus catégoriques : "Ah non, je n'irai pas visiter ton musée"

Il veut la mer, on veut la montagne, il veut déjeuner à l'espagnole et on veut se coucher à l'heure des poules, il veut visiter des musées, on veut se vider le crâne sur un drap de plage ? Il va donc falloir faire des compromis et pas seulement pour rentabiliser 1000 euros de séjour en évitant la dispute. Non, il va falloir faire des compromis parce que les compromis sont la clé de la vie à deux. Nos vacances ne sont donc que le début d'une longue histoire, elles nous préparent gentiment, mais sûrement à cohabiter. Quand nous ne sommes pas d'accord, on prend le temps d'écouter l'homme, son point de vue, son "pourquoi le musée" et on tranche, du genre : "Oui au musée si après on va manger huit glaces chacun."

La mollesse : "Comme tu veux chéri…"

Faire des compromis, ce n'est pas faire des concessions, c'est-à-dire qu'on ne cède pas à tout ! Le compromis est un arrangement. Et qui dit arrangement, dit exprimer son point de vue (sans l'imposer, pas de tyrannie ici) et satisfaire les deux partis. Alors hors de question de se taire en pensant que c'est la meilleure solution pour des vacances de rêve. Ne rien dire, suivre sans broncher, tout subir… Non. L'homme appréciera que l'on ait notre point de vue, nos envies et qu'on les partage. Il appréciera également qu'on en discute. En vacances, il faut se bouger, décider, proposer ! Mettre le nez dans le guide touristique ou dans la carte et se montrer proactif. Ce n'est pas parce qu'on n'attend pas exactement la même chose de ce séjour que l'un des deux doit se plier à l'autre. C'est charmant d'avoir du caractère, tant qu'on ne casse rien.

Les conclusions hâtives : "Toi et moi, visiblement… ça ne marchera jamais"

Balancer ça au deuxième petit-déjeuner, parce que bon, on est en train de réaliser que l'homme a de drôles d'habitudes incompatibles aux nôtres, voilà de quoi jeter un sacré froid et plier bagages en dix secondes trente. Alors on se retient : d'abord de le dire, mais aussi de le penser. Ne pas être d'accord sur tout et se rendre compte dans un cadre pourtant magique que l'homme soi-disant parfait a des défauts qui nous brûlent plus qu'un coup de soleil, ça fait partie du jeu et n'implique aucune conclusion négative. Personne ne s'entend à 100%, vous l'avez compris, c'est pour cela qu'on parle de compromis. Etre lasse de tous ces petits arrangements, ça peut arriver, mais faire des efforts est important pour donner à son couple toutes les chances d'avancer. Comment ça se passe chez les autres ? Des disputes, de la communication, des solutions… Si les premières vacances à deux sont une étape, inutile de penser au bout de trois dîners qu'elle définit la suite à tous les coups. On doit se laisser du temps. Peut-être qu'on n'a pas choisi le bon endroit et le bon moment, et que cela n'a rien à voir avec nous deux. 

Voir aussi :