Séduction, couple, sexo : comment mon frère m'a traumatisée

Dans "Vicky", en salles le 8 juin, Victoria subit les histoires d'un soir de son Casanova de frère. Les filles qui se succèdent au domicile familial, les soirées trop arrosées et les remarques machistes... De quoi perturber nos croyances en l'amour. Compilation des situations gênantes que nos frangins nous ont fait endurer.

© Thomas Brémond - LGM CINEMA / GAUMONT / NEXUS FACTORY

Dans Vicky de Denis Imbert, Victoire Bonhomme n'a d'autre choix que de supporter l'attitude pompeuse et insupportable de son frère. Ce dernier change de copines comme de chemises. Résultat : sa vision de l'amour et des relations hommes-femmes en a pris un sacré coup. Et elle n'est pas la seule à avoir déjà vécu ce genre de situations tantôt cocasses, tantôt peu ragoutantes. Voici une petite liste des bourdes amoureuses et sexuelles que nos frères nous ont fait vivre.

  • Il change tellement de copines qu'il ne retient même plus leur prénom (et moi non plus)
    Marine, Chloé, Sarah, Émilie... Trop de conquêtes qui lui font tourner la tête. Il ne retient plus aucun prénom, résultat : les jeunes femmes sont blessées dans leur ego et nous on finit par penser que l'amour se conjugue à 3, 4 ou 5. Le prince charmant, ça n'existe pas et les femmes sont interchangeables : une belle philosophie que notre frérot nous a transmise.
  • Il faut le dépanner en préservatifs
    Il se prend pour un homme, mais il est pire qu'un petit garçon. Monsieur n'est même pas capable d'aller s'approvisionner lui-même en préservatifs, du coup il nous demande de le dépanner voire de lui acheter un paquet spécialement pour lui (taille XXL oblige, il a... le melon). 
  • Il se laisse surprendre dans le feu de l'action 
    On rentre de soirée, on est épuisée et on n'a qu'une hâte : dormir. C'est sans compter notre frère, ce Casanova, qui en a décidé autrement pour son programme nocturne façon film pornographique avec les bruitages à la Meg Ryan. Âme sensible s'abstenir ! On ne peut plus fermer l’œil de la nuit, traumatisée par des visions cauchemardesques qui nous hantent sans fin. Et il ne se contente pas de sa chambre, le canapé du salon fait aussi l'affaire.
    Vicky © Thomas Brémond - LGM CINEMA GAUMONT NEXUS FACTORY

     

  • À qui est cette petite culotte ?
    L'odeur du linge propre qui sort tout juste de la machine... C'est agréable jusqu'à ce que ce qu'on se rende compte que ces sous-vêtements ne sont définitivement pas les nôtres. 
  • Il nous prend pour son taxi
    "Dis, est-ce que tu peux récupérer Mélissa avant de rentrer ?" En plus de balader – au sens figuré – ses conquêtes, il nous oblige à être son chauffeur ou même celui de ses amantes. Résultat : notre essence est à sec et on n'a pas le temps de faire nos propres rencontres. Le célibat ne risque pas de s'arranger...
  • Il n'a pas d'idées cadeaux : à nous de jouer les bonnes fées
    En plus d'être un goujat, il sollicite notre bon goût et notre gentillesse. C'est moche d'abuser ainsi de notre incapacité à dire non.  
  • Toutes dans le même panier
    Alors qu'il vient de rompre avec sa nouvelle fiancée d'un jour, notre frère se plaint encore et nous désigne comme souffre-douleur. "De toute façon, vous êtes toutes les mêmes. Qu'est que vous êtes chiantes !" De quoi rebooster notre confiance, déjà bien amochée par sa vision des femmes. 
  • Il nous demande notre avis sur le physique des passantes
    Hé oh ! On n'est ni sa pote, ni sa psy. Pas besoin de savoir qu'il aime les fesses rebondies et les MILFS. De quoi nous complexer pour le reste de votre vie. 
  • Il aime les blagues bien lourdes
    Quand ses copains sont de la partie, c'est l'apothéose. Blagues machistes, commentaires sexistes, détails dont on se serait bien passée... Beurk !
  • Il ose même essayer ses techniques de dragues sur nos meilleures amies
     Les copines, c'est sacré : pas touche !

Découvrez la bande-annonce de "Vicky", en salles le 8 juin : 

​Voir aussi :