Heureuse en amour : je n’attends plus, je prends les devants

Et si c’était un des secrets de l’épanouissement amoureux ? Plutôt que d’être là, à attendre que l’autre nous remplisse un vide, pourquoi ne pas foncer ? Etre attentionnée pour recevoir en retour ? Oser pour partager toujours plus d’amour ? GO.

© 123RF

Ce que l'on découvre dans le bestseller Aimer c'est laisser ses peurs derrière soi (traduit aux Ed. Leduc.s), c'est qu'il existe la loi du monde et la loi de l'amour. Facile : la loi du monde dit qu'il faudrait recevoir de l'amour pour se sentir aimé(e), la loi de l'amour dit, au contraire, qu'il faudrait donner de l'amour pour en recevoir. On se lance ? On donne ? On ose ? On fonce ? Quatre bonnes raisons de le faire.

L'autre ne peut pas deviner
Qu'on ait envie d'un cinéma, d'un bébé, ou de partir en vacances. C'est vrai, il aime bien réserver les billets d'avion, l'hôtel et les gâteaux d'anniversaire à la boulangerie Simone. Enfin, ce n'est pas qu'il aime bien, c'est qu'il est plutôt organisé. Du coup, on compte sur lui, mais aussi sur le temps qui passe, le soleil bien présent et le week-end qu'on voudrait prendre. Mais bon, monsieur n'a pas l'air décidé, il a plutôt parlé d'un road trip avec ses copains en Malaisie dans quelques mois. Et donc, on va laisser passer notre tour et on se contentera d'une virée de quarante heures à la mer au mois de septembre ? Non. On surfe, on regarde les offres, on prend des notes et on lui envoie un message pour qu'il regarde sur sa dernière fiche de paie les congés qu'il lui reste. Dans un mois, on est dans l'avion et Robert nous dira : t'as eu une super bonne idée, je ne savais pas que ça te branchait, la Grèce. On retient donc que l'autre n'est pas dans notre tête, notre vaste système de pensées, et qu'il n'y a qu'en exprimant ses besoins qu'on pourra ensemble aller plus loin (au moins jusqu'en Grèce, du coup).

L'autre aussi a besoin de tendresse
On attend souvent des gestes de tendresse. Mais c'est quoi, cette façon de croire que s'il nous embrasse langoureusement en rentrant du travail, il est amoureux ? Et que s'il va directement au pipi, il s'en fiche ? Pourquoi mesurer dans les gestes de l'autre son degré d'amour ? Les gens sont plutôt fiables, amoureux hier, amoureux aujourd'hui. On ne quitte pas en un jour, en tout cas pas dans la tête. Donc non, on n'attend pas de gestes tendres quand on en a besoin, simplement pour cerner ses sentiments du jour. On va plutôt les chercher et en donner. Donner une caresse, un baiser, un missionnaire. L'autre aussi a besoin de preuves d'amour, d'être enveloppé, même s'il dit souvent qu'il est un dur. Et c'est sans oublier qu'une attention amoureuse, ça flatte, ça fait du bien, ça fait voir la vie en rose. 

L'autre n'ose peut-être pas se lancer
On est là, à attendre son coup de téléphone ou qu'il nous propose de vivre ensemble (ou les deux, des fois qu'il nous propose par téléphone de vivre ensemble). Ce n'est même pas qu'on n'ose pas prendre les devants, c'est qu'on ne veut pas. On préfèrerait être convoitée, invitée, désirée. Il paraît que proposer, c'est craquer, et il paraît que craquer, c'est faible. Hein ? Zéro règle en la matière, la seule règle à suivre, c'est d'écouter ses envies car c'est bien dommage de rester les fesses dans son coin quand notre tête nous supplie du contraire. Certes, et heureusement, on n'a pas d'horloge biologique du rendez-vous ou du logement, mais ce n'est pas une raison pour attendre timidement, tandis que l'autre ressent peut-être exactement la même chose. Peut-être espère-t-il être courtisé ou bien n'ose-t-il pas, par peur ? Ce serait quand même bête de passer à côté du meilleur, simplement parce qu'on est deux à craindre le pire, non ?

En osant, je me sens mieux 
Donner, c'est recevoir, et recevoir c'est mieux donner. Tout le monde est gagnant. L'amour circule, dans cette pièce. Parce qu'on pourrait, à tort, penser que donner, c'est juste donner (Florent Pagny est-il dans la salle ?). Or, en donnant (suivez), on se donne aussi à soi-même, d'abord parce qu'on reçoit (de l'autre en retour), mais aussi parce qu'on est fière. Fière de s'écouter, de se respecter. Autrement dit, notre estime de nous-même se porte plutôt bien quand nos actes et pensées sont cohérents. On s'injecte de l'amour propre. On ne regrettera jamais d'avoir proposé un rendez-vous à ce garçon. Par contre on regrettera peut-être de ne jamais l'avoir fait, frustration d'une page non écrite. On le sait bien, c'est une histoire de remords et de regrets. De la même façon, on ne regrettera jamais d'avoir été soi-même, tandis qu'on pourra s'en vouloir d'avoir triché, caché, camouflé. De ne pas avoir dit ce qu'on voulait. Quand on le voulait. Alors oui, le secret pour être bien dans ses pompes et dans son cœur, c'est de prendre les devants quand ça nous démange. 


A lire : Aimer, c'est laisser ses peurs derrière soi
Dr Gerald G. Jampolsky
Editions Leduc.s.

© 123RF

Voir aussi :