Point G

Le point G : le Graal du plaisir féminin ?

Partir à la recherche du point G s'apparente un peu à la quête du bonheur : quand on croit l'approcher, quand on sent qu'il n'est plus très loin, le simple fait d'y penser et patatras, il nous échappe... et adieu l'orgasme ! Au point qu'on se demande s'il existe vraiment ! Serait-il une légende pour faire vendre des magazines féminins ? Et s'il existe, est-il possible de le trouver ?

Le point G existe-t-il vraiment ?

D'abord, pourquoi G et pas, par exemple... Q (ce n'est qu'un exemple) ? Tout simplement, car il doit son initiale au docteur Gräfenberg, médecin allemand qui a aussi inventé le stérilet. Celui-ci avait remarqué, dans les années 1950, que toutes ses patientes désignaient une même zone érogène, qui semble garantir l'orgasme lorsqu'elle est stimulée. Il situe cette zone dans la partie avant du vagin, à côté de l'urètre, où se trouverait cette petite boule magique. Comme cette excroissance n'a jamais été visualisée malgré les technologies modernes mises en oeuvre, une polémique est née au fil des années : le point G n'existerait pas... Un médecin italien, en 2008, remarque néanmoins une zone, entre le vagin et l'urètre, qui assure l'orgasme lorsqu'elle est stimulée : le point G regagne ses lettres de noblesse. Alors, êtes-vous prête à partir en quête de votre point G ?

Comment trouver son point G ?

Vous pouvez vous lancer à l'aventure seule, mais cela sera sans doute encore plus agréable à deux... La position idéale pour trouver son point G, c'est de se mettre à quatre pattes ou allongée sur le ventre. Demandez à votre partenaire d'introduire - ou introduisez, si vous êtes seule - un doigt dans votre vagin, le bout du doigt orienté vers le bas. À force de pressions, tâtonnements, vous devriez ressentir une brève envie d'uriner, qui sera suivie d'une vague de plaisir... Voilà, vous l'avez découvert !

Dossiers