Comment prendre son pied pendant une fellation ?

On a beau savoir qu'il aime ça, la fellation ce n'est pas notre truc à nous. On compte les moutons, on se sent trop soumise... Quelles sont les clés pour s'ouvrir au plaisir de cette pratique de sexe oral ? Avec 6 conseils d'Alexandra Hubin, psychologue et docteur en sexologie.

© 123RF

En matière de sexualité, on ne se force pas. Alors si la fellation, c'est non, ou bof, inutile de se sentir obligée. Ce n'est pas en se gavant de brocolis qu'on va finir par aimer ça. Comme le rappelle Alexandra Hubin, psychologue et docteur en sexologie, fondatrice de la SexoPositive, être à l'écoute de soi-même est primordial. On se demande ensuite pourquoi on n'aime pas ça, du moins si on a envie d'explorer la fellation et le plaisir qui va avec (oui, parce que nous aussi, on peut ressentir du plaisir lors de la fellation). Alors pourquoi ça bloque ? Manque d'hygiène de notre partenaire ? Pas envie d'avoir du sperme au coin de la bouche ou dans la bouche ? On s'ennuie ? On se sent trop soumise ? On peut identifier notre gêne pour mieux appréhender cette pratique et... s'amuser. Conseils de notre experte.

1. On choisit notre rôle !
La fellation n'est pas que soumission. On oublie ce qu'on a vu dans certains films pornos. "Pour que la fellation soit agréable, note Alexandra Hubin, on créé son propre univers et on répond à son propre état d'esprit. Si on veut être soumise, parce que c'est notre façon d'aimer, alors l'homme peut se mettre debout contre le mur, nous à genoux. Si on préfère de la tendresse, on peut se mettre en cuillère inversée et décalée, et enfin, si on préfère prendre les devants parce que c'est notre truc, l'homme s'allonge et on monte sur lui." Autrement dit, penser à la position et définir notre univers fantasmatique aide à s'amuser et apprécier le moment. On ne répond pas à une pratique, on participe !

2. On opte pour un plaisir partagé !
Si la fellation nous ennuie parce qu'elle manque à nos yeux de partage, alors il y a le 69, position du Kama-Sutra, qui pourrait bien nous ravir ! Même chose : on peut se toucher toute seule, pendant la fellation. Pas de gêne, de honte, ou autre. Titiller son clitoris pour inviter du plaisir, c'est très bien. Ce plaisir, on le partage de nouveau en prenant soin de notre partenaire. A deux, on monte plus haut, plus vite.

3. On change de rythme
La fellation mécanique en va-et-vient peut rapidement nous amener à compter les moutons. "Voyons-la comme un jeu", propose Alexandra Hubin. On change de rythme, on masturbe notre partenaire le temps d'une pause, on peut aussi le masturber contre notre bouche, poser notre pouce sur son gland, lécher son pénis depuis la racine des testicules jusqu'au gland... Il y a une variété de choses à faire pour jouer et sortir d'un geste routinier. C'est ainsi qu'à deux, on s'amuse ! Pour lui, le plaisir grimpe sous l'effet des surprises, et pour nous, c'est fun, parce qu'on s'amuse à lancer le chaud, le froid, parce qu'on observe ses réactions et qu'on le "promène"...

4. On observe le plaisir de notre partenaire
Le plaisir se partage et voir son homme prendre son pied nous excite en retour. "Une fellation en pleine conscience aide à ressentir du plaisir aussi", précise Alexandra Hubin. Quels sons émet notre partenaire ? Que dit-il ? Comment bouge-t-il ? Est-ce que j'accélère ou ralentis pour jouer ? On observe son état, son plaisir, et c'est communicatif en plus d'être inspirant !

4. On va sous la douche, dans le salon...
Changer de lieu, pourquoi pas ? Si l'ennui nous gagne, en plus de varier les positions, on peut déménager à quelques mètres de là et voilà qu'un nouveau décor procure de nouvelles sensations et pimente la pratique. On choisit la douche si notre souci (petit secret), c'est une odeur qui nous gêne... De l'eau chaude, hautement érotique, du savon qui sent bon... Sacré préliminaire !

5. On invente un code
Un code de ? Un code de "stop" si on ne veut pas de sperme dans la bouche ou sur le visage. "J'ai beaucoup de patientes qui refusent la fellation car elles craignent le sperme", confie Alexandra Hubin. Dans ces cas-là, on dit à notre partenaire - de façon positive - qu'on veut faire autre chose après, que la fellation est un début exquis, un préliminaire, et que dès lors qu'il sent qu'il atteint un point de non-retour, proche de l'éjaculation, il nous fait signe ! Et on change de pratique... Le code, ça peut simplement être lui qui bouge, qui nous caresse les cheveux, qui nous dit "viens par-là...". Miam.

Comment prendre mon pied pendant une fellation ? © 123RF

Voir aussi :