7 bonnes raisons de ne pas faire l'amour ce soir

Parce que faire l’amour n’est pas une compétition, ni même une course à la performance, je ne suis pas obligée de m’envoyer en l’air ce soir "histoire de". La preuve.

© 123RF

En matière de désir, on n'est pas toujours là. Même s'il suffirait de peu pour que notre culotte se fasse la malle, le sommeil ou le programme télé nous rattrape. Et alors ? On n'a pas de chiffres à tenir, on ne participe pas à une compétition qui voudrait qu'en matière de sexe, on frôle les statistiques nationaux ou les dépasse haut les slips. On a toujours une bonne raison de ne pas faire l'amour ce soir. Et on l'écoute.

J'ai mal à la tête
Et pour une fois, c'est vrai. Il est bien dommage que la migraine soit devenue la plus célèbre des excuses pour éviter un rapport sexuel, tandis que parfois j'ai vraiment mal à la tête, juré, craché. Alors inutile d'inventer un autre bobo, un mal de ventre, de dos, d'aisselles. Avoir mal au crâne, c'est une bonne raison de filer me reposer, jambes et yeux fermés.

Il y a Koh-Lanta à la télé
Ou tout autre programme attendu. Qu'on soit tous les deux accro à Storage Wars ou Le juge est une femme, on a bien raison de s'enrouler dans un plaid. Je prends la télécommande dans une main, je place l'autre dans le cou de mon amoureux. Passer un moment tendre ensemble, c'est aussi bon qu'un câlin plus poussé. La télé ne tue pas l'amour, dès lors qu'on partage l'écran, blottis.

Je m'endors
Mes yeux sont presque clos, mon corps ne répond plus, et je ne veux pas louper le train. Le train du sommeil. Enfin moi, c'est un avion. Il passe à toute allure et si je loupe, je suis bonne à attendre trois jours le prochain vol pour Dubrovnik. Alors j'écoute mon besoin, celui de dormir, parce que c'est important de reprendre des forces, on n'est que lundi.

J'ai beaucoup mangé
On n'était même pas chez ma mère mais notre dimanche soir à deux a pris des airs de fête, façon plateau repas, les yeux plus gros que le ventre. A la fin, j'ai le ventre plus gros que les yeux ; le premier est rempli, les seconds se ferment d'une digestion au ralenti. Certes, le sexe permet de brûler des calories, mais toute pirouette a ses limites l'estomac plein.

Il n'a pas envie
L'homme est concentré, la tête dans un roman et le corps sous la couette. Je tente une approche mais il semble ne pas décrocher. J'hésite à lui dire que tout le monde meurt à la fin histoire de le ramener à moi, mais ça ne sert pas à grand-chose : si l'appétit vient en mangeant, inutile de forcer l'autre recroquevillé dans sa bulle. Respecter les envies voisines, c'est normal.

Je dois payer mes impôts
Et je ne pense qu'à ça, aux coups de fil que je dois passer, à ce chiffre que je ne comprends pas, à la case que je ne trouve pas. Alors je décide plutôt de m'y pencher, de faire une liste, de prendre le problème à bras le corps. Parce que faire l'amour la tête ailleurs, dans ma déclaration, ça risque de me couper tout élan. Trop de tracas empêchent de s'abandonner.

Je trouve qu'il est trop tôt
On se connaît depuis peu et l'idée de m'offrir à lui ce soir me dérange. Pourtant, j'ai envie, pourtant je l'aime bien, ce garçon tout fraîchement rencontré. Mais j'ai envie que les étapes s'étirent, que la vie prenne son temps. Alors je prends le mien, je décline le dernier verre, je rentre chez moi, parce que l'essentiel, c'est de savoir ce que je veux et de me respecter.

 

© 123RF