Sexo : 9 secrets 2.0 que je ne dévoilerai pas

Selon le site "The information", Facebook s'inquiète : nous partageons de moins en moins de contenus personnels. Fini l’engouement, on veut que notre vie privée reste très privée. Et elle a intérêt : derrière mon ordinateur, je cache un tas de secrets (chauds).

© 123RF

Quand je commande un soutien-gorge en ligne, je reçois dix mails à ce propos. Qui me suit ? J'ai peur. J'ai peur aussi depuis que j'ai entendu qu'une fille qui racontait sa vie dans un message privé Facebook a vu son contenu s'afficher publiquement sur son mur. Légende urbaine ? Peu importe. J'ai peur et je ne suis pas la seule : selon le site The Information, la baisse de partage de nos contenus personnels seraient de 21% entre 2014 et 2015. Mon comportement change et va changer. Parce qu'il y a un tas de trucs que je ne voudrais pas partager à mes dépens.

  • Parfois, je vais sur Youporn. Et je passe de très bonnes soirées en navigation privée avec la crainte que la navigation privée soit tout l'inverse de son nom : navigation publique avec mail avec à mes parents.
  • Hier, j'ai surfé sur une notice de sextoy. Au prix où je l'ai acheté et avec le peu d'informations dont il disposait, j'aimerais savoir si lorsqu'il clignote bleu, c'est qu'il est prêt à l'emploi ou en manque de batterie.
  • J'ai déjà googlé "sexe qui gratte", mais bon ça me grattait.
  • Et aussi "micro pénis" pour ma culture générale. Que pourrait-on penser de moi ?
  • Je confie souvent dans mes messages privés à mes copines que je suis sévèrement en manque en ce moment. Il ne faudrait pas que ça se retrouve sur mon mur. Mais je raconte aussi comment s'est passé mon rendez-vous avec Sylvain, ma nuit avec lui et tout ce que j'en ai pensé.
  • Je suis inscrite sur Meetic, mais je n'ose pas liker leur page des fois que tout mon Facebook le voit.
  • Et puis toutes les applis de rencontres avec lesquelles on s'inscrit via Facebook ont beau promettre de ne véhiculer aucune information, je vis dans la trouille. Je surfe sur cinq en même temps et je ne dis pas que des choses très propres.
  • Un jour, j'ai envoyé un snap à un garçon sympathique. Je n'avais pas mon haut et depuis je ne dors plus la nuit.
  • Je lis des blogs érotiques pour me titiller le cerveau (et le reste). Ils sont dans mes favoris. 
© 123RF

Voir aussi :