Comment prendre son pied avec le 69 ?

Cette position aux allures mathématiques semble relever d’une équation plutôt classique : tête bêche et sexe oral. Et si on changeait la donne en la pimentant un peu ? Gérard Leleu et Alexandra Hubin, tous deux sexologues, nous ouvrent les yeux afin d'aborder le 69 différemment pour un maximum de nouveau plaisir.

Comment prendre son pied avec le 69 ?
© Fotolia

Admirer le spectacle
"Voir l’organe sexuel de l’autre est un vrai spectacle, introduit Gérard Leleu, sexologue. Or aujourd’hui on pratique le 69 de manière logistique, on considère cette position comme une position pratique qui permet de réaliser en même temps une fellation et un cunnilingus." Selon l’expert, il est dommage de se priver d’un si joli tableau – le sexe de l’autre – qui favorise l’excitation et apporte une vraie touche de sensualité et de tendresse à la pratique. Alors la prochaine fois, on prendra un peu de recul pour dévorer le sexe de son partenaire du regard, comme dans un musée, interdiction de toucher, simplement prendre du plaisir à observer… la bête ou le pissenlit.  

Ne plus chercher à jouir en même temps
"L’erreur est de vouloir jouir en même temps parce que la position le permet, continue l’expert. C’est d’ailleurs en fixant cet objectif que le 69 devient mécanique." Alexandra Hubin, sexologue et fondatrice de la Sexologie Positive, déconseille cette course effrénée à l’orgasme simultané : "Si jouir en même temps reste agréable, contempler l’autre en pleine jouissance l’est aussi." Dans le 69, effectivement, à moins de se déboîter le cou et de prendre dépossession de son propre plaisir en plein orgasme, on ne verra pas son partenaire toucher le septième ciel.  

Prendre du plaisir chacun son tour
En plus de ne pas chercher à jouir en même temps, on peut s’occuper de l’un et l’autre en alternance. "Il est difficile de faire deux choses à la fois, commente Alexandra Hubin. Donner et recevoir du plaisir ne permet pas d’en profiter au maximum car cela demande une double concentration." On le sait, on s’abandonne davantage dans une position confortable qui ne demande que notre bien. Ensuite, s’occuper de notre partenaire en se focalisant sur son plaisir sera d’autant plus excitant pour nous deux. Comme disent les vieux sages : "Quand je mange, je mange."

En faire un jeu
"Dès lors que l’on ne cherche plus à jouir à la même heure et que l’on prend le temps de s’occuper l’un de l’autre, le 69 peut être vu comme un jeu, une position que l’on invite aux préliminaires mais pas seulement", explique Alexandra Hubin. L’entrée peut se consommer en plat de résistance. On y vient, on y revient, comme on peut faire avec une fellation et un cunnilingus pour changer de ton en plein acte, mais dans une position plus sensuelle, qui permet d’alterner les petites attentions sans changer de posture et se faire mal aux genoux ou... au cou.

Merci à Gérard Leleu, sexologue, auteur de "A vous le 7e ciel" aux éditions Leduc.s, et à Alexandra Hubin, sexologue, fondratrice de la Sexologie Positive et auteure de "Je SexoPositive !" aux éditions Eyrolles (à paraître le 8 octobre 2015).

Voir aussi :