Ils ont retrouvé leur premier amour Jeanne : "J'ai l'impression d'avoir retrouvé ma moitié"

Jeanne, 35 ans, architecte, deux enfants

Lorsque Jeanne rencontre Thomas à 22 ans, c'est tout de suite le coup de foudre. Pourtant, elle n'assume pas son look ringard. Vexé, il la quitte. Chacun fait sa vie de son côté. Ils se trouvent quelques années plus tard.
"Quand je l'ai rencontré, j'avais 22 ans. C'était dans la salle d'informatique de la fac. Il s'appelle Thomas. Il est plutôt invisible avec son look et ses boutons. Pourtant, à la seconde où il me dévisage, c'est le coup de foudre. Pendant six mois, on vit une passion, quasi en autarcie. Le hic ? Je n'assume pas son côté plouc de province. Je deviens infernale et il finit par me larguer. J'imagine qu'il va revenir. Mais non. Ses études terminées, il repart dans sa Bourgogne, sans laisser de trace. Je suis à ramasser à la petite cuillère. Je le cherche dans les pages jaunes (son homonyme doit encore se souvenir de mes messages !), je harcèle ses parents.
Les années passent, je m'installe avec un jules. Et Thomas reste une chimère. Un soir à un dîner, six ans après, je flashe sur un mec... Il lui ressemble tellement ! Je fais alors des rêves de Thomas, d'amour fou. Coup de chance, je reçois un mail groupé où son nom figure...
On tchatche pendant des mois. Un jour, on se voit enfin. Et je respire : c'est vraiment un ringard, il ne va pas chambouler ma petite vie. Mais il suffit de deux verres de vodka et d'un sourire pour que je replonge direct. Même attirance, même connivence, même violence.
J'ai beau lutter, je tombe dans ses bras. J'ai l'impression d'avoir retrouvé ma moitié. En quinze jours, je plaque tout, boulot compris pour le suivre. Six mois après, on se mariait. Avec du recul ? Je n'étais qu'une pimbêche parisienne et lui, trop impétueux. On a mûri... Aujourd'hui, notre amour est une évidence."

Sommaire