Et si je testais le coaching amoureux ? La méthode d'Anne-Marie : de l'écoute et du feeling

pour anne-marie, chaque coaching est avant tout une expérience humaine.
Pour Anne-Marie, chaque coaching est avant tout une expérience humaine. © Anne-Marie Dubois-Nakhlé

Chez Anne-Marie, pas d'étapes clés ou de processus bien défini. "Les gens me contactent par téléphone ou par mail, me racontent leur histoire. Ensuite je leur fixe un rendez-vous", raconte cette coach, qui puise son expérience dans son passé professionnel (dans le capital risque), mais aussi et surtout dans sa vie de femme mariée depuis plus de 20 ans et de mère de trois enfants. Anne-Marie se base beaucoup sur ses sensations et son intuition. "Cela m'arrive d'ailleurs de refuser de coacher des gens si, au téléphone, je sens que le courant ne passe pas. S'il n'y a pas de feeling, nous risquons de perdre notre temps tous les deux."

Bien souvent, l'une des premières étapes du rendez-vous consiste à prendre une photo de l'intéressé. "Je n'ai pas de capacités techniques particulières pour les photos, mais je sais faire ressortir la personnalité des gens à travers ces clichés tout simples. Et parfois ces photos agissent comme des révélateurs, qui permettent de débloquer une situation." Ce peut être le cas, par exemple, d'une personne renfermée sur elle-même, qui ne se rend pas nécessairement compte de son problème.

Une expérience humaine

Ensuite, Anne-Marie va discuter à bâtons rompus avec le coaché, afin de bien comprendre sa vie, ses problèmes et d'essayer de définir les points de blocage. "J'essaie de leur faire révéler à eux-mêmes ce qui est important et ce qui ne l'est pas, en leur posant les bonnes questions. A eux de trouver les réponses qui vont avec. Je leur dis bien que je n'ai pas la science infuse et que je peux me tromper. J'instaure un climat de confiance. D'ailleurs, le fait que je ne sois pas psy joue plutôt en ma faveur. Les coachés sont sensibles à mon expérience humaine plutôt que théorique."

Anne-Marie ne compte pas son temps et affirme ne pas être là pour gagner de l'argent. "C'est le côté humain qui m'intéresse. Si je voulais gagner des sous, j'aurais continué ma carrière dans le capital risque, c'était beaucoup plus lucratif." Il n'y a donc pas de durée de thérapie pré-définie. On continue jusqu'à ce que la situation soit débloquée. C'est plus souvent moi qui met un terme que le coaché. Parfois, si j'ai réussi à débugger tous les points qui posaient problème en une seule séance, je dis à la personne que je n'ai pas besoin de la revoir. Ou alors, je lui fixe des objectifs à réaliser, avant que l'on prenne à nouveau rendez-vous."

Sommaire