Amoureuses de leur meilleur ami, elles racontent La rencontre, amicale avant tout

Comment se fait-il que l'alchimie ait d'abord été amicale plutôt qu'amoureuse ? Souvent ami d'enfance perdu puis retrouvé très longtemps après, vous l'avez vu comme un frère avant de l'envisager comme un homme. Parfois, cette histoire d'amitié a duré des années avant de se transformer.

Géraldine : "Nous nous connaissons depuis plusieurs années. Il est un peu plus jeune que moi, donc dans les premiers temps je ne le voyais que comme un "petit frère". Depuis quelques mois j'ai l'impression que notre relation évolue. Des gestes affectueux alors qu'il n'aime pas le contact physique en général, des regards complices, des réflexions de nos amis communs, de longues discussions en aparté lors de nos soirées avec nos amis."

Une complicité incroyable


Siam : "Je le connais depuis l'enfance, c'était le petit frère de ma meilleure amie de l'époque. Je les ai tous les deux perdus de vue pendant de très longues années, durant lesquelles je me suis mariée, j'ai eu 2 enfants. Puis j'ai divorcé et je me suis installée avec un autre homme.

Le hasard nous a fait nous rencontrer, et nous reconnaître surtout, à Roissy, où nous étions tous les deux en transit. Nous avons très vite échangé nos adresses mail et sommes partis chacun de notre coté. Il vivait en Afrique.

Nous avons repris contact par mail et par messagerie instantanée et avons passé des heures et des heures à parler. Nous avons tout de suite eu une complicité incroyable, rien n'était tabou.

Il a commencé à téléphoner aussi régulièrement et il est venu en France, on s'est revus avec beaucoup de joie. Il était encore célibataire mais sa mère était en train de faire pression sur lui. Il est Indien et donc elle avait décidé de lui imposer un mariage.
Il a réussi à y échapper encore quelques années en vendant ses sociétés en Afrique pour s'installer en France. Pendant toutes les négociations, il vivait chez moi et nous avons passé des jours et des heures à parler, nous sommes devenus très complices et très proches."

 

Lily : "Je le connais depuis 35 ans et nous avons 36 ans. Nos parents sont amis. Un silence de 7 ans environ. Il a été là dans mes joies conjugales, pour mon divorce, pour mes relations qui ne menaient à rien... Il était là, à 400 km, mais avec ses mots, ses écrits pour me guider sans s'imposer."

 

Sommaire