Un été inoubliable avec mon professeur de voile

la plage, propice aux amours de vacances.
La plage, propice aux amours de vacances. © Yuri Arcurs - Fotolia.com

Juillet 70, Marie passe ses vacances à Sète. Alors qu'elle se console d'un chagrin d'amour, elle ne remarque pas tout de suite que son professeur de voile s'intéresse à elle...  

"J'étais maladroite et je ne me trouvais pas du tout à mon avantage en maillot de bain, avec les cheveux courts, alors que la mode était déjà aux longues chevelures à la Carla Bruni. Je n'avais rien d'une Naïade ! Un peu "nunuche", je n'avais pas deviné l'attirance que j'exerçais sur ce jeune homme. J'aimais bien son frère ! Je ne vis rien venir, même lorsque les cours collectifs devinrent particuliers et que nous nous retrouvions tous les deux seuls, sur l'étang de Thau, que je ne quitte plus depuis 40 ans !  

C'est le 11 juillet que j'ai enfin compris. Nous passâmes quelques nuits en partie platoniques, l'époque l'imposait, sur la plage de Sète, chère au cœur de Brassens ! Comme je le comprends ! J'étais partie pour un stage de 15 jours, je suis restée un mois. Puis il a poursuivi sa rude tâche, sans moi.

L'histoire s'est terminée car je ne pouvais pas financièrement m'initier aux charmes de la voile tout l'été..."