Fantasme du kiné : oui, lui aussi pense à vous

Pourquoi les kinés sont-ils toujours canons (ou presque) ? Tandis qu'on consulte pour une nuque en vrac, avons-nous nos chances ou nageons-nous en plein délire ? Le fantasme de la table de massage n'est pas seulement l'apanage des patientes. Les kinés aussi y pensent. Mathieu, 36 ans, exerce depuis 9 ans. Il nous fait entrer dans les coulisses d'un métier réputé chaud bouillant.

Fantasme du kiné : oui, lui aussi pense à vous
© 123RF

Mes potes me charrient souvent en disant que j'ai bien choisi mon taf. J'entends aussi un paquet de filles raconter l'attirance qu'elles ont pour leur kiné. Il suffit d'engager la conversation avec n'importe qui pour qu'on me demande si les kinés sont chauds et si les patientes me draguent souvent. On me demande aussi si je masse ma compagne à la maison (et ça fait rêver). Je peux rétablir la vérité tout de suite : quand je rentre à la maison, je n'ai surtout pas envie d'octroyer un massage et reproduire ce que j'ai fait toute la journée.

Il existe un véritable fantasme autour de la profession, sans doute parce qu'on est dans le soin, l'attention, et que le contact est plus poussé. Pourtant, on ne porte pas la blouse du médecin, ni l'uniforme du pompier. On bosse fréquemment en civil. Mais peut-être que ça apporte une pointe de réalisme qui donne au fantasme un piment supplémentaire, une note plus accessible. C'est un métier tactile et le massage a une connotation très sensuelle, voire sexuelle. La patiente est littéralement sous nos mains, généralement un peu dévêtue. Elle n'a qu'à se laisser faire et manipuler, ce qui induit un rapport de force qui peut être excitant pour elle, mais pour moi aussi. Je n'ai pas toujours été indifférent. Pour moi aussi, il y a une dimension fantasmatique, même après des années d'exercice. Quand la fille me plait, imaginer qu'il puisse se passer quelque chose ici et maintenant, sur la table de massage ou sur le bureau, forcément, ça m'est passé par la tête. Mais c'est l'imaginaire qui parle, comme il pourrait parler devant son caissier, son banquier, son serveur ! Car je ne suis jamais passé à l'acte, même lorsque j'étais célibataire.

"Si une occasion s'était présentée, j'aurais laissé la patiente faire le premiers pas"

Le kiné qui couche comme il veut et qui se fait draguer non-stop, c'est un cliché. Oui, il y a des opportunités, des attirances, des frissons, des scènes loufoques aussi, mais cela reste rare et ça ne débouche pas forcément. En tout cas pas chez moi.

A l'époque où j'étais seul, il m'est arrivé d'être perturbé par quelques patientes. Mais comme dans n'importe quel boulot, même si oui, on voit beaucoup de femmes. Il y en a une dont je me souviens particulièrement. On discutait beaucoup, on était complices, et je pense qu'on aurait pu se voir en dehors des séances et entamer quelque chose. Mais je n'ai pas osé, je ne voulais pas avoir cette réputation de kiné qui court après les filles, même si c'était au fond une rencontre ordinaire qui aurait pu avoir lieu dans n'importe quel cadre. Et finalement, c'est dommage qu'elle ait eu lieu dans celui-ci. Mais dans le milieu, ça peut vite se savoir. Je bosse dans une ville de banlieue parisienne, on n'est pas des milliers à exercer. Et puis, il faut se méfier. Qui me dit qu'elle ne va pas porter plainte pour abus sexuel ? Si l'occasion s'était présentée d'aller plus loin, c'est elle qui aurait fait le premier pas. Je n'aurais rien tenté, même pas un message. Il ne s'est rien passé, peut-être attendait-elle que je me lance.

Je n'ai jamais eu d'obsession longue durée pour une patiente. Ça a toujours été ponctuel : sur le coup, une tension sexuelle apparait, puis s'évapore aussitôt que le rendez-vous touche à sa fin. Parfois la tension est autre, c'est une envie de faire connaissance, mais on oublie, parce qu'on est au boulot, un point c'est tout.

"Certains insistent, j'ai déjà reçu des messages très crus"

J'ai souvent senti une attirance chez les filles aussi, et je ne saurai pas dire à quel point le cadre et le job jouent. Mais ça joue, c'est certain. Je me souviens d'une nana de 40 ans qui allait beaucoup mieux au bout de trois séances mais qui a insisté pour faire les dix qui lui étaient prescrites. Et même après ça, elle est revenue. Pour autant il ne s'est rien passé. Déontologie professionnelle oblige. Mais certaines patientes vont plus loin. Il y a quelques années, une fille de 25 ans environ venait me voir pour une hernie discale. Je dégrafe son soutien-gorge puis je m'absente quelques minutes. Quand je reviens, elle l'avait carrément enlevé. J'ai d'abord pensé qu'elle se sentait plus à l'aise comme ça, sauf que lorsque je la massais, elle avait sa main sur le bord de la table de façon à ce que cela caresse mon sexe. J'ai fait comme si de rien n'était… A la fin de la séance, elle s'est levée, seins à l'air, et j'avoue que c'était tentant. Pas simple de résister. Nous restons des êtres humains.

Un peu plus tard, j'ai aussi rencontré une jeune maman. Je m'occupais de son bébé. Après les séances, elle m'a envoyé un message pour me dire qu'elle avait eu un coup de foudre pour moi. Elle ne m'intéressait pas, j'étais en couple depuis peu et elle aussi. J'ai donc répondu très poliment que rien n'était possible. Elle a insisté pour qu'il n'y ait que du sexe entre nous. J'ai encore refusé, mais elle a continué : j'ai reçu des messages très crus. Peut-être que si j'avais été célibataire, j'aurais sauté sur l'occasion (en dehors), je n'en sais rien, parce que c'était très provoquant, et très difficile de contenir mon désir pour elle. En fait, ce métier ne fait qu'accélérer les rencontres, mais on ne le cherche pas forcément. Comme partout, ça nous tombe dessus.

De toute façon, je vais casser le mythe. Si tout ça arrive, c'est plutôt rare : 90% de ma patientèle a plus de cinquante ans ! Ma copine le sait. C'est bien pour ça qu'il n'y a aucune jalousie de sa part. Parfois, elle me fait une remarque quand elle sait qu'une jeune femme vient me voir, mais on en rit. Nous sommes conscients tous les deux que je suis là pour bosser. Et que, de toute façon, le risque de rencontrer quelqu'un d'autre est partout. Alors inutile de pourrir notre couple avec ça.