Comment rencontrer l'amour au supermarché ?

Quand on choisit de déserter les applis de rencontres par lassitude et que l'on a épuisé les amis des amis, où trouver l'amour ? En faisant ses courses pardi ! Conseils pour remplir judicieusement son panier.

Comment rencontrer l'amour au supermarché ?
© 123RF

Parfois, on se demande où on va le trouver, le mec. Tandis qu'on a fait le tour des applis, des amis et des collègues de bureau, on baisse les bras. Or, l'amour est partout et qui sait, il se loge peut-être entre le rayon fromages et celui des tisanes. Alors on commence par lever la tête pendant nos courses. On arpente les rayons du supermarché le nez en l'air et les yeux qui brillent. Ensuite, comment provoquer le match ? Conseils.

On choisit son heure

On fait bien ses courses quand on veut, mais on sait par expérience qu'à l'ouverture, on aura davantage de chance de tomber sur Fernand, 77 ans, que sur l'homme tant attendu pour faire un bout de chemin. A tester quand même, car l'homme de notre vie est peut-être en pénurie de petit-déj ou au chômage. On note cependant que la fin de journée est un bon créneau : les actifs sortent du boulot et passent s'acheter en vitesse un petit truc à avaler afin de se détendre devant une série. C'est là que notre Fernand Junior frôlera notre panier.

On épie les courses 

Le contenu d'un panier en dit long. Si tout est en double, notre cible vit peut-être en couple. Bon, quant aux couches pour bébés et serviettes hygiéniques, elles sont synonymes de vie de famille. On préfère les hommes aux paniers qui riment avec solo. Mais inutile de baisser les bras pour deux pavés de saumon, deux steaks et des pâtes multicolores : l'homme est peut-être en coloc, gros mangeur ou grand enfant. Disons qu'on fait attention aux indices rédhibitoires et qu'on ne se ferme pas pour un produit douteux.

On envoie les bons signaux

Nous aussi, on a un panier (du moins, si on est juste venu chercher l'amour, on prendra soin de faire genre). Si certains de nos achats sont neutres, d'autres dévoileront un peu de nous. On décide : des capotes (chaude), de la lessive (propre), du lait infantile (déso), des concombres (saine), du chocolat (gourmande), du champagne (invitation)… On s'amuse avec notre panier, car l'homme en face fera comme tout le monde : il jettera un œil, curieux.

On joue la carte de l'entraide…

Pour aborder quelqu'un, quoi de mieux que d'avoir besoin d'aide ou que d'en proposer ? Donc on sautille pour attraper le produit d'en haut ou on accourt si Fernand Junior a des petits bras. On peut aussi lui demander "s'il a fait tomber ça" (ça marche avec de la salade mais pas des œufs). Autre technique qu'on adore : "Vous avez trouvé ça où ?" Il suffit de mater son panier et de réclamer la même chose (à éviter avec les bananes et autres banalités).

… et celle de la politesse             

Les formules de politesse sont aussi des tremplins ! On dit "pardon", on dit "excusez-moi" et on attrape notre pâté préféré devant Fernand. Ces petits mots dévoileront notre douce voix. Et la voix, c'est important, elle ne laisse jamais personne indifférent. Elle ouvre (si elle plait et résonne en l'autre) les portes de la séduction… et du dialogue. Bref, c'est un pas. Dans quelques minutes, après les caisses, on dira : "Vous rentrez par où ?", ou bien on tendra, au choix, notre liste de courses avec notre numéro ou notre ticket.. des fois qu'un jour on partage la même carte fidélité. 

Sur ce, très bonnes courses.

Voir aussi :