Avril : 30 jours pour séduire ma target

Qu'on lui ait déjà dit "bonjour" ou jamais, notre target nous trotte en tête et il est temps de passer aux choses sérieuses : la draguer et vivre l'amour ! Programme en 30 jours.

Avril : 30 jours pour séduire ma target
© 123RF - mukhina1

Pas toujours simple d'aborder notre bel inconnu ou d'aller plus loin qu'un échange de "bonjour" avec notre collègue. Pourtant ce type nous plaît bien, nous titille, nous fait rêver certains soirs. Parce qu'on est forte quand il s'agit d'idéaliser. Et si on passait aux choses plus sérieuses ? Si on osait se lancer ? Le faire chavirer et proposer un rendez-vous ? Vive l'amour, vive avril. Programme de 30 jours. Go !

J1
Premier jour, gros poisson. On pourrait bien lui envoyer un "je t'aime" avec des ballons et lui dire que l'on plaisante s'il se marre comme une baleine, mais on évitera. On se contente de sourire à son miroir, au printemps installé, à ce mois qui démarre et à notre objectif.

J2
On croit en l'amour et on arrête de penser, dans le désordre, qu'on ne vaut rien, que toutes nos copines sont maquées et que la vie nous a oubliée, qu'on cumule les échecs, que nos samedis soirs sont tristes, qu'on a déjà 35 ans et un cheveux blanc. On relativise : l'amour a ses hauts, ses bas, mais l'essentiel est que chaque pot a son couvercle.

J3
On fait le point sur ce qu'il y a de génial en nous. Comme notre anglais courant quand on a trop bu, notre sens de l'orientation ou de l'humour, notre brevet de secourisme et notre permis de conduire qu'on a décrochés du premier coup. Alors oui, on est une fille bien, on est capable de plaire, on va plaire.

J4
On chasse ses mauvais souvenirs. Qu'on nous ait quitté pour rien ou le jour de notre mariage, nos sales expériences méritent d'être mises au congélateur. Elles pourraient nous paralyser et nous empêcher d'atteindre notre objectif à force de pensées négatives associées. Alors on peut les écrire sur un bout de papier et les mettre (vraiment) avec des glaçons. Congelées, zappées.

J5
On liste ce que l'on sait de notre target et on fait le tri. Parce que certaines informations nous freinent peut-être (il paraît qu'il est sauvage et quitte trois filles par jour par SMS) et d'autres nous font croire qu'on va se marier demain (il pleure sur Le Roi Lion, gros sentimental). On reste concentrée sur l'idée qu'il nous plait – de loin – et que l'on a envie de le découvrir – de près. Pas de grand drame, non plus de grande idéalisation. Raisonnable et curieuse.

J6
On fouille un peu les réseaux si ça nous chante (et si ce n'est pas déjà fait), simplement pour vérifier que notre target n'est pas mariée, pas père, pas pauvre (huhu, on rigole). On s'assure au possible que la voie est libre, histoire de pas se cogner dans un mur.

J7
On écoute une chanson qui nous propulse, qui nous dit qu'on est belle, qui nous donne envie de courir, de gagner, de bouffer le monde.

J8
Aujourd'hui, on prend soin de soi. C'est décidé on se fait jolie, comme on aime, on prend un bain si ça nous chante et on se répète qu'on est irrésistible. On liste nos atouts, de nos cheveux à nos jolis pieds, de notre minois à notre démarche.

J9
Dans la foulée, le lendemain, on en profite pour tuer toutes les idées reçues qu'on a sur les hommes : ils ne veulent pas s'engager, ils aiment seulement chasser, ils ne savent pas exprimer leurs sentiments. Chacun est comme il est, on verra bien.

J10
"Nul n'est plus chanceux que celui qui croit en sa chance." On médite ce proverbe allemand (avec une bière si ça nous met dans l'ambiance, même si l'abus d'alcool est dangereux pour la santé).

J11
L'heure de l'aborder approche. Pour dépasser notre timidité, on s'exerce. On va au cinéma seule, on sourit au chauffeur de bus, on demande à la vendeuse si cette veste nous va bien et on accepte la réponse. Au restaurant, on rappelle le serveur si notre viande n'est pas cuite (depuis le temps qu'on bouffe trop bleu) et on alpague quelqu'un au supermarché parce qu'on est trop petite pour atteindre les couches tout là-haut. Ou les céréales.

J12
On jette des regards à notre target. Pas de regards libidineux à la Jean-Claude Duss, ou de cœurs qui flottent dans nos pupilles. Juste une connexion, une façon d'interpeller notre beau gars. Les regards parlent beaucoup, ils créent des liens invisibles, ils intriguent et questionnent, ils développent chez notre target un intérêt !

J13
On continue sur notre lancée des regards, parce qu'il faut titiller notre target plusieurs jours avant d'oser lui parler. Et si on se connait déjà, pas grave, les regards font passer des messages au-delà de nos conversations banales qui donnent peu d'indices.

J14
On rassemble notre courage et toute la journée on se répète qu'aborder quelqu'un et se lancer ne nous tuera pas. On a déjà mangé une huître vivante et supporté des détartrages, bu dans la même bouteille que notre grand-père et parlé à un cafard pour le supplier de s'évaporer. Alors quoi de plus dur ?

J15
On lui parle ! Il suffit de s'appuyer sur le contexte, tout simplement. Si on se croise dans un bar, comme souvent, lieu de notre rencontre, on discute de l'endroit. A la laverie, de l'attente interminable. Au parc, avec nos chiens, de sacs à crotte. En soirée chez des amis, de nos amis. Au bureau, de l'imprimante. On s'en fiche que ce soit "gros", parce que comme le chantait si bien Joe Dassin : "La pluie, le beau temps, ça n'a rien de génial, mais c'est bien quand on veut forcer son étoile." BAM. Et puis l'autre n'est pas fou, il s'y attend, il trouvera ça touchant, il jouera le jeu. On s'appuiera tous les deux sur notre prétexte à la noix pour discuter plus amplement. Si c'est un total inconnu, je surfe sur la blague : vous n'auriez pas du feu, un mouchoir ou la météo ?

J16
Si on est dans une belle galère parce que c'est impossible, utilisons la méthode de Barney dans How I Met Your Mother : on dit à un ami (Barney, disons) qu'on a repéré Target. Barney parle à Target comme s'il le connaissait depuis toujours. "Hey, salut mec, je te présente Lou !" (Lou, c'est nous). Puis il part et on débarque. Merci Barney. Et si pas besoin parce qu'on a réussi la veille, on continue les regards ou la causette.

J17
On n'a pas trouvé de Barney ? Osons Facebook, le numéro de téléphone sur un papier, ou alors appelons notre target par un prénom étrange pendant plusieurs jours jusqu'à ce qu'il nous corrige. On se présentera en retour. Et si toujours pas besoin parce qu'on a réussi la veille, on continue les regards ou la causette.

J18
Sinon, on ose prendre un entremetteur. Un ami qui ira dire toute la vérité à notre target, comme au collège. "Lou t'apprécie bien." Ainsi, notre target se questionne. Nous regarde différemment. S'intéresse à nous face à cette petite ouverture… Et si toujours pas besoin parce qu'on a réussi la veille, on continue les regards ou la causette.

J19
On est fière de nous ! On a fait la causette, même dix secondes, même une minute. On s'en fiche. Peut-être qu'on a découvert son prénom ou du moins le son de sa voix. On avance.

J20
On continue sur notre lancée. L'heure d'un rendez-vous sonne. Et on a mille bonnes raisons de se lancer : peut-être qu'il n'ose pas, on a envie de le découvrir, ça le flattera. Et puis la concurrence est peut-être rude. Qu'est-ce qu'on a à perdre ? On lui propose quand on le croise, par SMS si on a son numéro, façon "ça te dit un verre ?", ou par Facebook si on n'a pas d'autres moyens. On évite les fautes d'orthographe et on y va en toute détente. Il est temps que les choses avancent et on ne va pas quand même pas rester dans son coin.

J21
Premier rendez-vous. On est simple. Pas de grandes déclarations ou de je me ferme sur moi-même. On discute comme si on parlait à un pote, ça aide à être soi-même. Parce que c'est ça qui compte, être soi-même. On prend le temps de se découvrir, de poser des questions. Pas de plan sur la comète, juste un bon moment pour faire le point sur ce que l'on veut : car dans l'histoire, il y a aussi ce que l'on désire, pas seulement ce que lui désire.

J22
Non pas qu'on aime jouer avec la règle des trois jours, mais on ne racole pas notre target de suite. On prend du temps pour soi, satisfaite de notre rendez-vous d'hier. On peut le remercier pour la soirée, ou attendre qu'il le fasse. Pas de stratégie en la matière, mais beaucoup de simplicité pour éviter de se prendre la tête face à notre téléphone.

J23
Si certaines choses nous ont bloquées chez notre target, comme le fait qu'il vive chez ses parents, mange bruyamment ou se passionne pour les vampires, on fait le point. Les plus grandes histoires ne démarrent pas toujours dans la perfection. Alors je me demande si tout ça est vraiment grave ou si je veux bien passer au-delà et laisser une seconde chance, comme on dit.

J24
Deuxième rendez-vous en perspective ? Bon, bah on change de vêtement, on change de lieu histoire de se créer de nouveaux souvenirs, on ne se précipite toujours pas, parce que non merci la passion et vive la découverte. On reste drôle, accessible (pas de position fermée qui rebute, questionne), on ne parle pas de mariage, non plus de nos angoisses qui font flipper. Tout ça, il le découvrira dans le quotidien. On n'est pas en train de tricher, simplement de se détendre ensemble.

J25
On savoure. Peut-être qu'on s'envoie des SMS, auquel cas c'est super et on le fait rire, il nous fait rire. On lui montre qu'on pense à lui avec des petits clins d'œil du quotidien. Il nous a dit qu'il adorait les pizzas hawaïennes, ça tombe bien, on en mange une, on lui écrit.

J26
Coucher ou pas ? On ne se prend pas la tête, on questionne simplement ses envies réelles. Certes, lister les pour et les contre, c'est tentant. Mais pas besoin d'en faire un fromage. Le moment nous portera. C'est beau.

J27
Dès que la première fois a lieu, on ne se formalise pas si c'est pourri. Pour plaire, pas besoin d'être une experte au lit. Personne n'est expert au lit, c'est simplement affaire de deux corps qui s'apprivoisent dans le temps. On est tous le bon coup de l'un et le mauvais coup de l'autre. Alors on respire. Personne ne juge personne. On ne fuit pas si c'était nul, il ne fuira pas si c'était nul.

J28
On reste simple, on propose des rendez-vous originaux, une soirée sympa, on ne devient pas envahissante ou jalouse. On continue simplement de s'intéresser à lui, de composer avec lui, ce que l'on découvre, ce qu'il apprécie. Il est comme il est, on ne le changera pas et on va apprendre ensemble à se lier.

J29
On fait la fête, on a passé un bon mois. Gagné un mec et une dose de confiance en nous.

J30
On le demande en mariage. Non, ce n'est pas vrai. On lui dit simplement que demain, on sera en mai et qu'on fera ce qui nous plait.

Voir aussi :