La littérature est-elle le nouveau coach amoureux ?

"Prenez un livre et tout ira mieux !" Telle pourrait être la nouvelle prescription contre les bobos de l'âme et du cœur. Fini les séances de psy et les chagrins increvables : nos questions amoureuses pourraient-elles trouver réponses entre les lignes ?

La littérature est-elle le nouveau coach amoureux ?
© 123RF

Selon une étude parue en 2016 dans Social Science and Medicine, lire chaque jour trente minutes allongerait l'espérance de vie d'environ deux ans. Penser à l'avenir, oui. Mais au présent, la littérature a-t-elle des effets sur nous ? La bibliothérapie, que l'on pourrait définir littéralement par "le soin via les livres" démontre que la lecture peut nous aider à aller mieux.

Si nous sommes tentés d'avancer que les livres soignent, il est bon de rester vigilent quant à notre vocabulaire. "La littérature ne se substituera jamais aux médicaments, introduit Michaël Uras, auteur de Aux petits maux les grands remèdes (Ed. Préludes). Les termes 'travailler sur soi' me paraissent plus justes". Dans son roman, Michaël Uras a créé le personnage d'Alex, bibliothérapeute, qui prescrit des livres à ceux qu'il appelle ses patients, et non pas ses clients. Si l'auteur a choisi d'explorer le sujet à travers une fiction, c'est parce que les livres sont pour lui un refuge mais aussi une façon évidente de nous faire réfléchir ou de relativiser notre situation, notamment grâce au sentiment d'identification envers les personnages.

"Confronté à une épreuve difficile, nous éprouvons un sentiment de solitude en pensant que personne ne peut imaginer ce que nous vivons. Cependant, se sentir reconnu et compris dans sa peine, sa colère ou son chagrin, est un premier pas vers l'apaisement", écrit Agnès Ledig dans la préface de Ces livres qui peuvent changer votre vie, d'Elodie Chaumette (Ed. First).

L'héroïne ou le héros, par ce qu'il vit, traverse, éprouve et raconte, développe en nous une sensation de bien-être. Il devient notre miroir et soudainement, nous avons un peu moins froid. Le chagrin d'amour de l'un ou la quête amoureuse de l'autre vont faire échos en nous et nous guider vers un mieux-être à travers une série de réflexions. "La conscience de Zeno, d'Italo Svevo, est un très bon remède aux peines de cœur, confie Michaël Uras. Zeno rencontre Giovanni Malfenti dans le cadre de son travail. Ce dernier a quatre filles. Zeno tombe amoureux de l'une d'elles, Adeline, mais elle refuse. Il est triste, bien sûr, mais ne se laisse pas abattre. Il va demander à chacune des autres filles de Malfenti de l'épouser. Au total, quatre demandes en mariages, trois refus et un oui ! Augusta accepte. Zeno est le personnage qui refuse le chagrin d'amour !". On ne ressort pas d'une telle lecture sans avoir repris des forces !

Trouver l'amour grâce à la littérature

Sarah Sauquet, connue pour l'application Un texte, un jour, vient tout juste de publier La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con, coaching littéraire pour séduire en 7 étapes (Ed. Eyrolles). Comme elle en témoigne en introduction de son ouvrage, elle a toujours été bercée par les classiques : "J'ai longtemps cru que l'amour, le vrai, frapperait à ma porte comme par enchantement. Telle une Emma Bovary rêvant à sa fenêtre, je me voyais rencontrer Heathcliff, Solal ou Aurélien, dans un amphi bondé à une terrasse de café". Mais d'expériences en expériences, elle s'est aperçu que la lecture pouvait être abordée comme un support de réflexion, et non pas de perdition. A travers son livre, construit en sept étapes, on découvre comment se préparer physiquement et psychiquement à la rencontre grâce Un amour de Swann de Marcel Proust ou encore Bel Ami de Maupassant. On apprend aussi à se jeter à l'eau avec Orgueil et préjugés (Jane Austen) ou Le Rouge et le Noir (Stendhal).

Sarah Sauquet et Michaël Uras sont unanimes : s'il y a bien un livre à dévorer pour connaître les clés de la séduction, c'est Belle du Seigneur, d'Albert Cohen. "Solal, personnage charismatique entre tous, riche et cynique, décide de séduire Ariane, une bourgeoise qui s'ennuie dans son mariage avec un petit fonctionnaire de la Société des Nations. Il va expliquer à Ariane qu'il va la séduire et ce, en onze étapes, onze points successifs. C'est froid, mathématiques mais, ça marche ! Ariane sera séduite", développe l'auteur de Aux petits maux les grands remèdes.

Mais si la lecture aide indéniablement à mieux se connaître et nous apportent de nombreux conseils, elle détient aussi le pouvoir de nous vider l'esprit. "Plongeons-nous dans un livre à l'intrigue similaire à ce que nous vivons dans l'espoir d'y trouver des réponses à nos questions, ou à l'inverse, cherchons-nous à nous évader et à lire des livres qui nous feront oublier notre chagrin ?", questionne Sarah Sauquet. Cette question, c'est au lecteur de se la poser. Car chacun choisit sa destination thérapeutique.

Lire pour oublier

"Face à un monde qui semble aller de plus en plus vite, et parfois mal, la littérature constitue une pause, un moyen de se retirer un temps du monde. Lorsque la fin d'une histoire d'amour crée un vide douloureux, incommensurable, la littérature peut combler ce vide, rendre plus supportable l'absence, et éviter de replonger tête baissée dans les bras de son ex, ou dans une nouvelle histoire si nous n'y sommes pas préparés... Un livre peut constituer une véritable présence !", poursuit Sarah Sauquet.

Le voyage à travers les livres est donc une autre forme de thérapie. On peut opter pour un livre qui ne répond en rien à nos problématiques. Un bon roman historique sur la guerre 14 – 18 alors que l'on vient se faire larguer sur Tinder, voilà comment déconnecter. "La lecture nous apporte simplement cette capacité à nous émerveiller, comme à l'écoute d'une musique qui nous remue, ou un coucher de soleil (…). Cela suffit à faire un bien fou", partage Agnès Ledig dans Ces livres qui peuvent changer votre vie.

Mais dit évasion, dit aussi mieux-être à long terme. Déconnecter le temps d'une lecture, ce n'est pas retrouver le monde tel qu'on l'a laissé. "La lecture permet de s'extraire, pour un temps, de la réalité. Et, quand on y revient, on est forcément changé, notre perception des choses, du réel, a évolué", précise Michaël Uras. Comme quoi, on va peut-être perdre notre ex en plein voyage et tant mieux.

L'ordonnance des ordonnances
Aux petits maux les grands remèdes, de Michaël Uras, (Ed. Préludes), 15,10 euros
La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con, de Sarah Sauquet, (Ed. Eyolles), 14,90 euros
Ces livres qui peuvent changer votre vie, d'Elodie Chaumette, (Ed. First), 12,95 euros

Voir aussi :