Notre premier "je t'aime" a été un échec

Voilà qu'on se lance, le cœur qui palpite et les lèvres qui tremblent, dans une déclaration d'amour. Mais en face, la réponse à notre "je t'aime" n'est pas celle qu'on espérait. Rires, silence, réaction vexante... Témoignages et avis d'expert sur le pourquoi du comment.

Notre premier "je t'aime" a été un échec
© 123RF

Dire "je t'aime" nous paraît être une étape du couple. Une étape que l'on situerait entre le trois-centième baisé et la présentation aux parents. On ne prévoit pas toujours de se jeter à l'eau, mais voilà qu'un soir, ces trois mots magiques s'imposent, avec peut-être, au fond, l'envie de recevoir la même déclaration en retour. Comme le chantait Jean-Jacques Goldman dans sa chanson Sache que je : "Il y a une question dans je t'aime, qui demande et m'aimes-tu toi ?"
De la manipulation dans le je t'aime ? Que doit-on attendre de notre déclaration d'amour ? Comment savoir si l'autre nous aime en retour malgré un silence, un rire, une gêne ? Vos témoignages, puis l'avis d'Emmanuel Ballet de Coquereaumont, psychopraticien et co-auteur de J'arrête d'être mal dans mon couple ! (Ed. Eyrolles).

Faux départ
"Il m'a dit je t'aime en premier et par écrit, dans des échanges Whats'app. Un peu fort ! Du coup moi je n'ai rien dit, sauf 'on efface tout' et on recommencera de vive voix. Un faux départ. On n'a pas recommencé de vive voix, du moins pas encore."
Anaïs, 36 ans

Gros silence
"On allait s'endormir, j'ai dit que je l'aimais et il ne m'a pas répondu alors j ai fait semblant de rien. Je m'attendais ensuite à une rupture imminente. Et finalement, deux mois plus tard il a lâché son "je t'aime" à son tour un soir près d'une fontaine à Florence. So romantic !"
Gabrielle, 28 ans

Moi aussi je t'aime beaucoup
"On parlait en espagnol. 'Te quiero', j'ai dit. Il a répondu : 'Yo también te quiero mucho' (moi aussi je t'aime beaucoup). Je me suis dit que bon... je me prenais un mur, parce qu'il me disait juste m'aimer beaucoup, un peu comme on aime bien. Il m'a expliqué une semaine plus tard – sans doute en voyant que j'étais légèrement froide et plus tellement bilingue – qu'il n'y avait pas de différence avec et sans 'mucho'."
Marie, 30 ans

Déjà ?
"Quelle veste avec mon ex. Nous sommes au restaurant, et au dessert, prise d'un élan d'amour, je lui dis 'je t'aime' en prenant sa main. On était ensemble depuis trois mois. Il me répond 'déjà ?', très étonné. Un moment de gêne atroce. Je ne savais comment réagir, et bêtement j'ai dit : 'Oui, c'est vrai pardon'. Entre nous, il y a eu un vrai froid, jusqu'à ce qu'un soir, un mois plus tard environ, il me dise 'je t'aime' à son tour. J'ai dit : 'Enfin ?' et on a bien ri."
Laura, 32 ans

Un énorme fou rire
"Sébastien a ri. Mais vraiment. La barre de sa vie, si je peux parler ainsi. On était dans le train, on filait à Bordeaux chez des amis à lui que j'allais rencontrer pour la première fois et ça m'emplissait d'amour, que d'avancer tous les deux et découvrir son univers. Bref, j'ai suivi mon instinct, le premier 'je t'aime' est sorti de ma bouche, au creux de son oreille. Et il a ri, un peu, beaucoup, vraiment fort. Je regardais par la fenêtre sans bouger, j'avais honte pour moi-même. Puis il s'est excusé, on n'en a jamais reparlé. On ne se dit pas 'je t'aime', pas encore - ça fait sept mois d'histoire - mais maintenant, quand je l'entends rire, je me dis que c'est sa façon d'aimer."
Fanny, 27 ans

Pourquoi ?
"Nous n'étions pas vraiment sur la même longueur d'onde. Je lui dis 'je t'aime', il me demande pourquoi. J'ai été terriblement vexée, c'en est suivie une discussion sur notre relation. A ses yeux, juste des 'bons moments'. On s'est donc arrêtés là, pour se retrouver huit mois plus tard, plus 'sérieusement'. Cela fait un mois que tout recommence, je ne m'aventurerais pas à dire 'je t'aime', on verra bien ce qu'il en est. Toujours est-il que je ne suis plus très à l'aise avec ces trois mots et que je les guette."
Thiphaine, 29 ans

Pourquoi n'obtient-on pas toujours un "je t'aime moi aussi" à notre déclaration ?

L'avis d'Emmanuel Ballet de Coquereaumont, psychopraticien et co-auteur de J'arrête d'être mal dans mon couple ! (Ed. Eyrolles)
Le fait de ne pas répondre à un "je t'aime" est lié à une forme de pudeur, ou à une difficulté de mettre des mots sur ses sentiments. Nous n'avons pas tous le même langage. Rappelons qu'il existe cinq langages fondamentaux, et qu'ils sont tous un moyen de faire part de ses sentiments amoureux : les paroles aimantes, les moments privilégiés, les cadeaux, les contacts physiques et les services rendus. Toutes ces attentions sont autant de preuves d'amour, de réponses d'amour et cela ne signifie pas que l'autre s'en fiche. D'ailleurs, s'il s'en fiche, s'il est indifférent, on le sent. 
Si on attend trop de ce "je t'aime", si on le prononce seulement pour être rassuré en retour, alors la pression que l'on met sur ces trois mots est palpable et la déception d'autant plus importante. Il faut voir le "je t'aime" comme un cadeau, non pas comme une carte à jouer. Transformer le "je t'aime" en exigence n'est pas propice au lien : si l'autre ressent cette pression, il se retire en optant pour une réaction qui peut nous blesser. Le rire est une réponse fréquente, souvent interprété (à tort) comme une moquerie. Il exprime la plupart du temps une gêne, C'est un moyen d'indiquer combien nous sommes touchés. Cela revient à rougir.
D'un point de vue temps, c'est à dire concernant le "bon moment" pour dire "je t'aime", il est important de notifier que cela n'a pas d'importance, qu'il n'y a aucune règle en la matière, dès lors que ces mots sont sincères, positifs. Dire "je t'aime" n'a pas réellement à voir avec l'engagement dans la relation, il s'agit d'un partage de sentiment, L'engagement, c'est autre chose. Il est bon de distinguer une émotion exprimée de l'avancée d'une relation. Autrement dit, inutile de tirer des conclusions hâtives d'un "je t'aime" raté ! D'abord parce que chacun choisit son langage, ensuite parce que le "je t'aime" ne prédit en rien la suite, si ce n'est qu'il véhicule des vibrations positives, un lien.

Voir aussi :