Grand amour : peut-on le connaître plusieurs fois ? 5 questions à un psy

Lorsqu'on lance l'expression "grand amour" autour d'une table, le débat est vif : certains avancent qu'il est unique, d'autres qu'on peut le rencontrer maintes fois dans une vie… Pour aller plus loin, comprendre qui est ce fameux grand amour, à quoi il tient et combien de fois il se croise, nous avons interrogé Yves-Alexandre Thalmann, psychologue et spécialiste de la question amoureuse.

© 123RF

Sophie, 30 ans, confie qu'elle n'a connu qu'un grand amour, qu'elle appelle "mon grand amour de jeunesse" et qui a duré deux ans. Une folie amoureuse à en perdre la raison. Aujourd'hui, elle est en couple avec un autre homme. Grand amour ou pas ? Elle l'aime, mais ne définit pas son histoire comme un grand amour, plutôt "l'amour de sa vie", un amour avec lequel avancer, partager, un amour qui se base sur des projets. Pour Hélène, 31 ans, c'est tout autre. Le grand amour se trouve dans chacune de ses relations, parce qu'elle dit aimer toujours entièrement. "Qu'est-ce que l'inverse du grand amour ? demande-t-elle. Un petit amour ? Pas avec moi ! Quand je me lance dans une histoire, c'est que je vibre !".  
Dans L'Histoire de l'Amour, au cinéma le 9 novembre, Alma et Léo sont l'incarnation du grand amour. Un jour, la guerre les sépare et la jeune femme doit quitter la Pologne pour New York. Léo se retrouve seul et leur passion semble compromise. 
Parce que personne n'a raison ou tort face à la notion du grand amour et plus particulièrement sa multiplicité, nous avons décidé d'interroger Yves-Alexandre Thalamnn, psychologue clinicien, auteur de Autant s'aimer longtemps (Ed. Solar) et Les 10 clés du développement personnel (Ed. Leduc.s), afin d'en savoir plus et découvrir ce qui se cache au fond de chacun de nous ! Le grand amour ? Plutôt de grandes amours…

Comment pourrait-on définir le grand amour ? Est-ce une notion totalement subjective ?
Il n'y a aucune définition du "grand amour", simplement parce que l'on ne peut pas mesurer l'intensité d'un amour, amour qui est par définition subjectif. De plus, notre cerveau n'évalue pas le bonheur de la même façon quand il le vit (bonheur expérientiel) et quand il y repense après coup (bonheur évalué). Par exemple, on peut vivre une magnifique histoire d'amour, mais qui se termine mal… ce qui va gâcher le souvenir de toute la relation par la suite. A l'inverse, une histoire dont on garde d'intenses souvenirs peut nous apparaître comme un grand amour. Le grand amour, c'est finalement une histoire que l'on se raconte, selon le regard que nous posons sur une histoire vécue ou que nous vivons

Est-ce qu'un premier amour, souvent associé au grand amour, peut nous figer et nous donner le sentiment que les prochaines rencontres seront moins intenses, puissantes ?
Une fois encore, le cerveau nous joue des tours : les premières fois, de par les émotions intenses qu'elles ne manquent pas de susciter, s'inscrivent profondément dans la mémoire. De plus, celle-ci tend à enjoliver les souvenirs. En fin de compte, on peut idéaliser une histoire passée au point que plus rien ne peut rivaliser avec elle. C'est particulièrement le cas lorsqu'une personne décède. Mais en réalité, le bonheur est toujours à portée de mains, pour peu que l'on sache le cueillir…

Selon une étude britannique réalisée en 2012, le grand amour peut se rencontrer 4 fois dans une vie (ou seulement 4 fois ?) dans une vie. Aurait-on en nous comme une part d'amour à donner, qui au bout de 4 fois s'éteindrait ?
Soyons plus pragmatique : ce chiffre est un résultat statistique. Lorsqu'on interroge un grand nombre de personnes, la moyenne de 4 histoires d'amour significatives apparaît. Si l'on apprend qu'on change en moyenne trois fois de professions dans la vie, est-ce raisonnable de conclure que nous ne pourrons pas en changer plus souvent, ou moins souvent ? Qu'au troisième emploi, nos compétences professionnels seront épuisées ? Il est évident que non ! On peut rencontrer le grand amour autant de fois qu'on le ressent ! 

Le grand amour est-il un amour durable ou passionnel ?
Il peut être l'un ou l'autre, puisqu'il s'agit d'une appréciation subjective : un grand amour est un amour qui nous a transformé, transcendé. Cela peut arriver en une nuit de folle passion comme en une vie de douce complicité (mais pas les deux ensemble, comme la passion est par définition éphémère, n'en déplaise aux âmes romantiques !)

Peut-on ne jamais connaître le grand amour ou ne jamais tomber vraiment amoureux ? 
Tout amour peut devenir grand à condition que chacun y mette du sien. Beaucoup pensent à tort que l'amour est surtout question de bonne rencontre. S'il est évident qu'il faut rencontrer des personnes compatibles, le vrai challenge amoureux consiste à créer une relation épanouissante : l'amour est plus affaire de devenir une bonne personne soi-même, s'entend un bon partenaire, que de rencontrer une bonne personne. Ceci dit, certaines personnes sont plus enclines à multiplier les coups de cœur. Cela semble inscrit dans leur tempérament. Mais ce n'est pas pour autant que ces amourettes à répétition soient le terreau propice à des histoires épanouissantes.

Merci à Yves-Alexandre Thalamnn, psychologue clinicien, auteur de Autant s'aimer longtemps (Ed. Solar) et Les 10 clés du développement personnel (Ed. Leduc.s),

Peut-on rencontrer le grand amour plusieurs fois dans une vie ? © 123RF

Voir aussi :