"Mariés au premier regard" : on a titillé le psy de l'émission

Vous n'allez pas passer à côté : lundi 7 novembre, M6 diffusera le premier épisode de "Mariés au premier regard", une expérience scientifique qui a pour objectif de former des couples compatibles à 70% et de faire se rencontrer les deux promis... le jour de leur mariage. On a parlé de tout ce qui nous dérangeait à Pascal de Sutter, docteur en psychologie, sexologue et expert au sein de l'émission.

© M6

Mariés au premier regard, c'est la prochaine émission choc de M6, diffusée à partir du 7 novembre à 21h. Le concept ? Un groupe d'hommes et un groupe de femmes se sont prêtés à une expérience unique : trouver l'âme sœur grâce à la science. Trois experts – Catherine Solano, sexologue, Pascal de Sutter et Stéphane Edouard, sociologue – ont a fait passer une série de tests à chacun des candidats (tests écrits, mais aussi tests olfactifs avec respiration d'un tee-shirt par exemple) et établi des couples compatibles à plus de 70%. Mais attention. Pour rencontrer cette personne avec qui une belle histoire se profile, durable et heureuse, les participants devront attendre… le jour de leur mariage avec elle ! Désireuse d'en savoir plus, la rédaction a visionné le premier épisode. Perturbées par le concept, le manque de magie d'une rencontre préétablie et l'amour façon mathématique, nous avons décidé de rencontrer Pascal de Sutter pour mieux comprendre les motivations d'une telle expérience. Interview exclusive de l'expert.

Le Journal des Femmes : Pourquoi décréter que le mariage est l'engagement le plus fort et qu'une fois mariés – on l'entend dans l'émission – le couple durera et n'ira pas voir ailleurs ?
Pascal de Sutter : Dans la vie, il y a des engagements plus forts que le mariage, comme donner un rein à son frère. Mais d'un point de vue sentimental, le mariage reste symboliquement l'engagement le plus fort. Nous vivons à une époque "Kleenex" : on rencontre quelqu'un et on se sépare à la moindre faille. On ne laisse aucune chance à nos relations. Il n'a jamais été aussi facile de divorcer et pourtant, on s'engage de moins en moins.

"Il n'a jamais été aussi facile de divorcer et pourtant, on s'engage de moins en moins"

Le mariage donne envie de construire, de faire des efforts, de tenir sa promesse. D'autant qu'au sein de l'émission, il s'agit d'un vrai mariage, où la famille et les amis sont témoins. C'est donc bien plus qu'une simple rencontre que l'on peut fuir au réveil. Ici, on joue le jeu et on s'engage vraiment pour multiplier nos chances de durer. Mais les candidats peuvent bien sûr faire marche arrière dès qu'ils le désirent au fil de l'aventure.

Construire un couple durable scientifiquement…. Ces couples n'ont-ils pas plutôt la chance de durer simplement parce qu'on leur met cette croyance en tête ?
Si bien sûr, la croyance joue un rôle aux côtés de la compatibilité. Comme lorsque vous prenez un médicament : il sera efficace à la fois parce que vous croyez et aussi efficace grâce à son principe actif. Il faut y croire pour qu'une relation fonctionne ! Cela augmente en théorie la motivation de continuer l'aventure et de se battre pour que l'histoire avance.

Quand on entend dans l'émission que deux maniaques vont bien ensemble, n'est-ce pas un peu facile ? C'est un critère large qui ne signifie pas grand-chose… Des personnes bordéliques avec des maniaques, on en voit et ils vont bien !
Face aux résultats des tests de nos participants, nous avons passé des dizaines d'heures à débattre sur les compatibilités. Nous n'avons pas pu tout passer à l'antenne, tenus également par la contrainte d'être compris de tous et de ne pas diffuser des débats scientifiques trop précis. Mais ce critère de "maniaquerie" reste important : à terme, un maniaque et un bordélique peuvent ne plus faire bon ménage, sauf si bien sûr le maniaque a aussi une grande qualité de tolérance. C'est tout ça que nous avons analysé. Nous avons pondéré chaque critère, chaque trait de caractère et évalué leurs chances de durer sur le long terme, en basant nos études de compatibilité sur des couples existants, qui durent et sont satisfaits.

Répondre à des questionnaires sur soi pour ensuite savoir qui est fait pour nous, d'accord. Mais à quel point se connait-on ? On peut se mentir à soi-même, mal se décrire…
Certaines personnes vont en effet se dire généreuse, alors qu'elles sont radines. Alors si les gens se mentent à eux même, l'histoire n'ira pas loin. On leur précise bien au départ qu'il est inutile d'en rajouter, de mentir, de se présenter sous son meilleur jour. Le but n'est pas de plaire absolument, mais de participer à une expérience scientifique en étant comme on est, pour matcher avec une personne compatible.

N'existe-t-il pas un fossé entre ce que l'on cherche et ce qui est réellement fait pour nous ?

Les célibataires vous confient ce qu'ils cherchent… Mais n'existe-t-il pas un fossé entre ce que l'on cherche et ce qui est réellement fait pour nous ?
Si, tout à fait. Certaines personnes sont d'ailleurs très exigeantes et ont une idée très précise de ce qu'elles veulent. A partir de là, elles sont plus difficiles à caser. Ça élimine des candidats ! Mais nous avons joué autrement : les questions concernent peu "ce que l'on veut" mais davantage ce que l'on ne veut pas. Par exemple, parmi une série de photos de corps, on invite les participants à cocher les trois photos qui ne leur plaisent pas. Nous nous sommes concentrés sur ce que les gens décrétaient rédhibitoires, afin de laisser des portes ouvertes. Puis il y a eu de nombreux débats. Si quelqu'un refuse d'être avec un fumeur mais qu'on lui trouve un fumeur avec qui ça colle très bien, nous discutons avec elle afin de savoir si oui ou non, elle se sent prête à passer au-delà.

Se marier sans s'être vus… Certes ces gens-là sont compatibles, mais où se trouvent l'intuition, le feeling ? On a beau cocher ce que l'on veut ou pas en amour, nous avons toujours des bonnes surprises.
Ce sont des sciences humaines et non mathématiques, il y a toujours une marge d'erreur en effet. La vie nous prouve combien deux personnes qui n'ont rien à voir vivent toute une vie ensemble, quand d'autres parfaitement compatibles ne parviennent pas à construire. L'humain est surprenant, changeant. Mais selon nos études et nos analyses des candidats, et s'ils sont honnêtes dans leurs réponses, nous pouvons établir la probabilité que le couple fonctionne.

"Le mariage peut aider à développer l'alchimie"

La part de magie, qui existe, aura lieu au premier regard, le jour du mariage. Mais nous ne pouvons pas la contrôler, c'est vrai. Nous, nous savons que le couple a ses chances et si le feeling est absent, le mariage les engage et peut les aider à développer cette alchimie justement. Elle peut se présenter au fil de l'histoire. Car à l'inverse, qui n'a jamais connu un coup de cœur qui n'a pas abouti ? Et puis, rappelons que les couples formés sont compatibles à plus de 70%, mais pas 100%. C'est là que se trouve la marge d'erreur.

Nous avons tous quelque part dans le monde quelqu'un avec qui nous sommes compatibles à plus de 70% ? C'est la fin du célibat, cette émission ?
Oui ! Nous sommes tous compatibles avec quelqu'un dans le monde. Mais certaines personnes seront compatibles avec beaucoup, tandis que pour d'autres, ce sera plus difficile. Il y a des caractères qui attirent davantage. Une personne agréable, sympathique, aura plus de chance de trouver quelqu'un, car peu de gens désirent construire avec un radin, un chiant, ou autre ! Disons que nous avons tous chaussure à notre pied, mais que certaines tailles sont plus difficiles à enfiler que d'autres.

Compatibles, d'accord. Mais sexuellement ? Le sexe a sa magie, difficile de définir sur papier avec qui nous allons être en harmonie sous la couette ?
Nous avons interrogé les participants sur la sexualité, avec des questions précises. Aimez-vous les pratiques transgressives ? A quel point le sexe compte-t-il pour vous ? Préférez-vous faire l'amour dans le noir ou en pleine lumière ? Vous baignez nu dans la mer, partant ou pas ? Parlez-vous au lit ? Toutes ces questions nous aident à décréter si deux personnes sont sur la même longueur d'onde sexuellement parlant. Ensuite, l'expérience, le corps à corps, fera le reste. Mais il faut savoir que lors de la première nuit, l'harmonie ne sera peut-être pas là tout de suite. Mais ils sont mariés, ils vont construire, apprendre à se connaître. Dans tout cadre, la première fois n'est pas nécessairement une réussite. Il faut le temps que deux corps se rencontrent, s'apprivoisent… et se découvrent pour prendre du plaisir ensemble.

Retrouvez Pascal de Sutter sur son site www.pascaldesutter.fr ou sur www.aaah.be, l'Académie des Arts de l'amour. 


Voir aussi :