Être célibataire et heureuse ? D'après la science, c'est possible

Et si l'amour ne faisait pas le bonheur et qu'au contraire, certaines personnes étaient faites pour être seules et heureuses ? C'est ce que sous-entend une étude néo-zélandaise. Adieu peur de l'isolement, bonjour plaisir solitaire.

© 123RF/Michael Simons

Dans un monde façonné par les œuvres de Shakespeare et formaté par les aventures de Carrie Bradshaw, difficile de ne pas courir après le grand amour. Pourtant, il semblerait que le célibat ne soit pas une fatalité (on entend déjà les grands romantiques hurler à l'hérésie). D'après une étude publiée par l'université d'Auckland, réalisée sur 4000 Néo-Zélandais de 18 à 94 ans, certaines personnes s'épanouieraient parfaitement en étant seules.

La chercheuse Yuthika Girme, qui a mené l'enquête, a séparé ce beau monde en deux catégories : ceux qui n'ont pas peur des conflits et ceux qui cherchent à les éviter à tout prix. Résultat ? Les célibataires les plus heureux feraient partie du second groupe. Ces derniers, ne supportant pas les déceptions et les déconvenues, seraient bien mieux seuls qu'accompagnés car moins stressés, le risque de se disputer – qu'ils redoutent tant – étant nul. Par ailleurs, ils s'estiment tout aussi épanouis que ceux qui sont en couple. A l'inverse, ceux qui ne craignent pas de se quereller se disent plus heureux lorsqu'ils sont amoureux.

Vous pouvez désormais rétorquer que votre joie et votre célibat s'expliquent scientifiquement à vos amis qui, désolés pour vous, insistent pour que vous vous inscriviez sur Tinder et compagnie, ou qui vous répètent à l'envi que vous allez "finir vieille fille", 

Voir aussi :