La drague, bientôt enseignée aux étudiants chinois

INSOLITE - L'université de Pékin, en Chine, proposera à la rentrée de septembre des cours d'éducation amoureuse. Un enseignement jugé indispensable dans un pays où la drague n'est pas le point fort des jeunes.

© tomwang/123RF

L'université de Tianjin, située dans la banlieue de Pékin, en Chine, accueillera en septembre 2016 800 étudiants dans son nouveau cours... de drague, très sérieusement intitulé "théorie et pratique de la relation amoureuse". D'après un reportage de l'AFP, relayé par L'Obs, ce programme a été instauré à l'initiative du club de rencontres de l'université et d'une de ses membres, Hu Xue. Le professeur, âgé de 28 ans, y délivrera des techniques de drague pour les étudiants (hétérosexuels uniquement), plus que clichées. Ainsi, les demoiselles doivent se passer les mains dans les cheveux et faire les yeux doux aux hommes dans la rue, quand la gent masculine est appelée à servir leur moitié à table et être galant. En revanche, les relations sexuelles ne sont (elles) pas du tout abordées... Le plus inattendu réside dans le fait que le professeur enseigne le marxisme et le léninisme et qu'il est... célibataire.     
Les étudiants chinois sont très motivés à découvrir les secrets du flirt et des rencontres amoureuses. Et pour cause : avec la politique de l'enfant unique instaurée de 1979 à 2015, cette génération n'a eu que peu de temps pour s'essayer à l'amour, préférant les livres et les longues études aux sorties entre amis. La carrière professionnelle passait avant l'épanouissement sentimental. Sans frères ni sœurs pour leur inculquer des méthodes de recherche du partenaire idéal, ces jeunes semblent désemparés. À la fin de la fac, la plupart d'entre eux sont célibataires et n'ont jamais vraiment vécu en couple. La pression sociale leur tombe sur les épaules, tel un fardeau. En Chine, l'amour est une preuve de réussite sociale. Être marié devient une question d'honneur surtout pour les femmes. Celles qui ne sont pas mariées après leur 25e anniversaire sont nommées "Chang nu", soit "les filles qui restent". 

Les étudiants chinois veulent apprendre à flirter © tomwang/123RF

Voir aussi :