Sexe et alcool : le bon dosage

Le sexe, l’alcool et moi formons un joli trio. Et nous nous embarquons ensemble dans pas mal de situations… pour le meilleur et pour le pire. Voici où l’alcool peut mener, selon les dosages (inspirés d'une histoire vraie).

© 123RF

1 verre : quand l'alcool aide... à s'ouvrir
Les sexologues le disent : un petit verre (et pas plus) (ou deux, selon son niveau), c'est bien, ça désinhibe. Quand je passe un degré, j'ai moins peur d'aborder un garçon et de lui proposer un truc indécent ("tu en reprends un ?"). Je n'ai plus peur de rien : je papote, je minaude, moi qui ai toujours eu la réputation de rester assise pendant les boums. 

2 verres : quand l'alcool me donne… confiance en moi
Quand je bois, je n'ai plus de cellulite, plus de poils aux jambes, non plus de gras au ventre. Mon haleine est au top, mes doigts sont agiles, je me déshabille d'un déhanché, sûre de moi, désirable et désirée. Je remercie ce deuxième verre (et je n'ai pas dit second ?), fort utile. Parce qu'avec Robert, on a beau se connaître depuis deux semaines (ou une heure), voilà que ce soir nous allons passer une étape. Il n'y a pas d'âge pour appréhender ; toutes les premières fois sont légèrement stressantes. L'alcool apaise. Jusqu'ici, tout va bien.

3 verres : quand l'alcool mène… chez un drôle d'inconnu
Bon le souci, c'est qu'un verre au pluriel, ça donne des ailes, mais va savoir où j'atterris. Parfois, je me retrouve à me déchausser chez un garçon avec l'envie de me rechausser immédiatement si un éclair de lucidité survient et que son vrai visage m'apparaît. Il faut de se méfier de l'alcool qui dort et s'entourer de copines a jeun (ou presque) pour s'éviter toute bêtise. J'ai mal dosé. Sinon, pourquoi s'appellerait-il Fernand, pourquoi serais-je dans un lit qui pue, pourquoi ?

4 verres : quand l'alcool pousse… à rappeler mon ex
Voilà, j'ai atteint LE stade. Très célèbre stade. Celui où tous nos sentiments nous semblent très clairs, en même temps que l'on se sent une super héroïne capable de reconquérir l'homme de sa vie. Du coup, j'écris à mon ex qu'il me manque et lui demande aussi où il est, question de pratique. Peut-être que dans deux heures je serai dans ses bras. Ou pas. Chose sûre, au réveil je regretterai ma nuit ou mon texto. Je le sais sans le savoir : je vole, là. Laissez-moi tranquille.

5 verres : quand l'alcool finit par… une petite panne
On était bien, puis on l'est moins. Trop de verres font monter le désir, mais c'est à croire qu'ils peuvent lui couper les pattes dans la foulée. Il arrive que nos corps ne répondent plus, enfin si, ils essaient, ils s'acharnent. Mais chez monsieur, il n'y a plus grand monde au rendez-vous. Il dit même que ça ne lui arrive jamais, mais rétorque (à lui-même) que "ça le fait à tout le monde avec l'alcool". En effet, j'ai connu mieux. L'alcool déshydrate-t-il à ce point ?

6 verres : quand l'alcool me... dézingue devant le prince charmant
C'était bien, cette fête. C'était bien aussi de se rencontrer ou de passer une étape alors que nous commencions à nous fréquenter. Seul hic, c'est qu'après une partie de jambes en l'air durant laquelle j'ai veillé à bien rester allongée, le ventre en vrac et la migraine insistante, j'ai quand même tout rendu. J'ai essayé de garder ma dignité et de dompter cette petite voix qui me répétait : mauvais dosage. En effet, j'ai été trop loin. Mais au moins, si Fernand me rappelle, c'est qu'on a de vraies raisons d'avancer ensemble.

PS : l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

© 123RF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :