Rencontrer l'amour en été : mythe ou réalité ?

A l'époque de nos parents, on pouvait se rencontrer pendant les vacances et finir sa vie ensemble. Aujourd'hui, on finit juste sa nuit. On a interrogé Patricia Dehalaie, psychosociologue et auteure de "Comment faire la bonne rencontre" aux éditions Livre de Poche, pour faire le point : reste-t-il un petit espoir de trouver le prince charmant en buvant des mojitos les pieds dans le sable ?

© Fotolia

Trouver l’amour aujourd’hui, mission impossible ?
A écouter toute une génération – celle qui s’apprête à fêter ses trente ans ou en fête déjà ses poussières, trouver l’amour est un vrai parcours du combattant. Impossible de se caser et de se projeter à deux. Les filles sont unanimes : les mecs ne veulent plus s’engager et le prince charmant, même celui avec des défauts, n’existe pas. Patricia Delahaie, psychosociologue, rectifie : "Ce n’est pas trouver l’amour qui est difficile, c’est de le garder." En clair, on a de plus en plus de facilité à le trouver via les sites de rencontres, par exemple, mais de plus de plus de difficulté à construire une histoire. Ce que ressentent les filles, c’est donc ça : une difficulté à tomber sur l’homme avec lequel ça matchera - et pas seulement sur une appli – mais surtout durera. Et à l’approche de l’été, la question des rencontres "qui durent" se pose davantage : l’été est-elle une saison si frivole qu’il est impensable de tomber sur un amour… stable ?

L’été, une vraie saison chaude ?
L’été est réputé pour être la saison qui booste la libido. On se découvre les épaules, on a chaud et on s’embarque dans des histoires brèves, avec ou sans amour. "L’été, on est plus ouvert, commente Patricia Delahaie. On se sent prêt pour de nouvelles expériences." Ces expériences ne sont parfois que des coups d’un soir. D’autres ressemblent à des embryons de relation amoureuse et s’achèvent à la rentrée. La chanson française ne va pas sans nous le rappeler. En 1967, Johnny chantait "Amour d'été, on le dit, ne peut pas durer, ce n'est pas fait pour la vie". Quelques années plus tard, en 1989, Roch Voisine pleurait Hélène seul sur le sable les yeux dans l'eau. En 2006, Voulzy en remettait une couche avec Derniers Baisers "Quand vient la fin de l’été, sur la plage, il faut alors se quitter... ". On s’abstiendra de citer Christophe Rippert et son amour de vacances. Pourtant, on l’écoutait quand on rentrait de colo et déjà on se questionnait : ce qui se passe en été reste donc en été ?

Le cap de la rentrée est-il impossible à franchir ?
On constate alors que l’été est la période des relations d’un soir – ou de quelques soirs – où l’on s’amuse, profite et se lâche. C’est bien ce qui ennuie les filles aux rêves de grand amour qui ont l’impression de ne tomber que des mecs qui cherchent à s’éclater. Patricia Delahaie rebondit : "C’est un souci qu’on a toute l’année. Toute l’année il y a des types qui ne cherchent qu’à s’amuser. Les amours ne seraient-elle pas toujours des amours de vacances dans un monde où il est de plus en plus difficile de les faire subsister ?" En effet. Rencontrer l’amour en décembre ne serait donc pas gage d’une plus belle histoire d’amour, stable et durable. Ce n’est pas parce qu’en hiver la saison est moins propice aux petites folies qu’on a davantage de chances de trouver le grand amour. Ne pas passer le cap de la rentrée, ça arrive l’été mais ça arrive en octobre, en février ou encore en mai. Il y a des caps qui ne se passent plus.

Le grand amour ne connaît pas les saisons
Si les histoires qui ne durent pas ont lieu été comme hiver, les histoires qui durent ont droit au même sort. Et un sort qui nous plaît bien. Comme l’explique Patricia Delahaie : "A partir du moment où nous vivons des histoires de vacances toute l’année de par leur caractère éphémère, nous pouvons très bien trouver le véritable amour tous les mois de l’année. Il n’y a pas de règles." L'experte ajoute que l’été peut même nous y aider. C’est la saison où on a du temps. En vacances, on se détend et on est disponible. Les rencontres s'enchaînent ! Et c’est en mulitpliant les rencontres qu’on multiplie les chances de trouver la bonne. Alors autant profiter de l’été comme "moteur" à rencontres. Parmi toutes celles-ci, pieds dans le sable, il y aura bien celle qui démarrera pour de bon et se moquera... des saisons.

Merci à Patricia Delahaie, psychosociologue, auteure de Comment faire la bonne rencontre, du premier regard à l’amour heureux, aux éditions Livre de Poche. www.patriciadelahaie.com

© Fotolia