Femmes > Vie pro >  Femmes et "métiers d'homme" > Martine, guide de haute montagne
Vie pro
24/01/2005

Martine, guide de haute montagne : "L'entrée d'une femme dévalorisait la profession"

Martine Rolland a été la première femme à devenir guide. Un monde misogyne qu'elle a su convaincre de son amour des sommets.

  Envoyer à un ami Imprimer cet article  
SOMMAIRE


Agrandir

Si cette citadine n'était pas tombée amoureuse d'un montagnard, son histoire aurait sans doute été bien différente. Mais à 20 ans, Martine Rolland épouse un guide savoyard, qui lui transmet le virus des sommets enneigés. Pendant les dix premières années, elle se contente de grimper à ses moments de loisir, tout en travaillant comme secrétaire. Puis elle décide de passer le concours des guides, ce qu'aucune femme n'avait encore fait en Europe.

Martine ne réalise pas encore qu'elle brise un tabou : "J'avais fait beaucoup de courses en montagne, je pensais que j'avais le niveau. Ça m'a beaucoup étonnée qu'on fasse autant de bruit autour de ma candidature". Elle sent un "barrage psychologique" dans ce monde misogyne. "Les guides voulaient garder leur auréole de 'surhommes'. L'entrée d'une femme dévalorisait la profession à leurs yeux", explique-t-elle. En revanche, une fois acceptée dans la confrérie, elle n'a plus ressenti d'hostilité : "Les clients étaient même plutôt flattés de grimper avec moi".

A l'assaut de l'Himalaya
La jeune femme doit alors organiser sa double vie de guide et de mère d'un petit garçon. "Il fallait le faire garder lorsque nous partions longtemps, sans parler des risques que nous encourions quotidiennement en haute montagne…" Cela ne l'empêche pas de réaliser avec son mari l'ascension du Broad Peek, cîme himalayenne de 8000 mètres, en 1984. Trois ans après, ils repartent, à l'assaut cette fois du mythique sommet voisin, le K2. L'aventure se termine mal : une pierre détachée d'un sérac écrase la main de Martine Rolland (elle réussira cependant à récupérer son usage grâce à la chirurgie).

Elle décide alors une pause, qu'elle mettra à profit pour avoir son second fils. Aujourd'hui, à 55 ans, elle s'occupe l'hiver d'un petit refuge où l'on ne peut accéder qu'à ski. L'été, elle donne des cours d'escalade à des jeunes. Elle en prépare même certains à l'examen des guides. Dont quelques filles, espère-t-on...



Magazine Vie pro Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

En vacances, vis-à-vis du travail vous êtes

Tous les sondages