Femmes > Vie pro >  Femmes et "métiers d'homme" > Chantal, commissaire-priseur
Vie pro
24/01/2005

Chantal, commissaire-priseur : "Redonner ses lettres de noblesse à un objet négligé"

Première femme commissaire-priseur à Paris, Chantal Pescheteau-Badin aime découvrir des oeuvres d'art oubliées et les remettre en valeur.

  Envoyer à un ami Imprimer cet article  
SOMMAIRE


Agrandir

"Ce qui est merveilleux, c'est de sortir d'un placard un vieux truc auquel personne n'a accordé d'importance, alors que c'est un bien précieux. En faisant cette découverte, je redonne ses lettres de noblesse à un objet négligé, et en même temps, j'apporte un soutien financier à mon client…" Chantal Pescheteau-Badin ne s'est jamais lassée de son métier de commissaire-priseur qui lui apporte son lot de découvertes régulières.

Son quotidien : mettre en vente des objets d'art après les avoir expertisés pour déterminer leur valeur, mais aussi s'occuper des ventes judiciaires lorsqu'on liquide les biens d'un particulier ou d'une entreprise. Pour tout cela, il faut un œil de connaisseur, mais aussi un réseau de vendeurs et d'acheteurs, et enfin, savoir faire monter les enchères. Le secret de Chantal Pescheteau-Badin pour découvrir les trésors ? Le contact humain et l'empathie. "La relation de confiance avec le client, collectionneur ou famille, est primordiale."

Première femme commissaire-priseur à Paris
Fille et petite-fille de commissaire-priseur, elle a toujours aimé l'histoire, mais sans souhaiter être enseignante. C'est tout naturellement qu'elle se lance dans des études de droit et d'histoire de l'art pour passer l'examen. Seul obstacle : nous sommes en 1977, et il n'y a pas de femmes exerçant cette profession à Paris. "Ils ne donnaient pas de raisons pour n'être que des hommes", dit-elle. "C'était comme une tradition".

L'accueil de la nouvelle venue n'est pas très bon, mais Chantal Pescheteau-Badin préfère ne pas s'étendre sur le sujet et rappelle plutôt que l'on est toujours perfectible : "Je rencontre des meubles et des œuvres d'art de toutes les civilisations et de toutes les époques. A ce contact, j'apprends toujours quelque chose". Pour preuve, ses prochaines ventes, qui couvriront des domaines aussi divers que les livres anciens, la porcelaine de Chantilly, l'horlogerie ou les tableaux modernes.



Magazine Vie pro Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

En vacances, vis-à-vis du travail vous êtes

Tous les sondages