Tout savoir sur le régime Slim Data

Objectif : rééduquer le métabolisme pour réduire le décalage entre nos réels besoins énergétiques et notre alimentation. Comment ? En jouant sur les bonnes associations d'aliments.

Et aussi : notre guide des régimes pour trouver comment bien maigrir

En 50 ans, notre façon de manger a considérablement évolué. Les aliments se sont modifiés et transformés. Les traitements des denrées alimentaires dans les industries, comme l'ajout d'additif ou encore le raffinage, ont contribué à renforcer leur pouvoir de stockage. 

Pour Yannick Rougier, créateur du régime SLIM-data, une alimentation équilibrée consisterait tout simplement à diminuer cette force de stockage globale. Il est donc, selon lui, essentiel de connaître le SLIM-data (index minceur) de chacun des aliments. Pour cela, il les a classés en 4 zones, verte, orange, rouge et violette, en fonction de trois critères : l'index enzymatique (la façon dont nous digérons l'aliment), l'index glycémique (la façon dont nous l'assimilons) et dans une moindre mesure, l'index calorique.

 

Un régime à l'écoute du corps

Pour développer cette méthode, Yann Rougier, médecin spécialiste en neurobiologie et passionné de nutrition, est parti du constat que cette alimentation industrielle "déboussolait" notre métabolisme. En effet, la composition des aliments ainsi que nos nouvelles habitudes de consommation tel que le grignotage, ont entraîné une surstimulation de ses fonctions. Le cerveau en vient à réclamer de la nourriture, sans forcément que le corps en ait besoin. Selon le créateur de ce régime, ces "fausses faims" sont en grande partie responsables des problèmes de poids et de santé. L'enjeu est donc de les éliminer pour envoyer des "messages-minceur" à notre organisme et aux cellules graisseuses avec des menus équilibrés. Le corps va de lui-même perdre du poids pour se mettre au diapason de cette nouvelle hygiène de vie. 

 

La méthode SLIM-data en pratique 

Pour trouver les bonnes combinaisons d'aliments, Yannick Rougier, fondateur de la méthode, a imaginé un classement par couleur, des plus ludiques.

 

La zone verte

Certains aliments comme les légumes, les viandes blanches ou les crustacés, possèdent une force de stockage faible, à consommer librement.

La zone orange 

Elle regroupe les aliments ayant un pouvoir de stockage moyen. Il s'agit surtout des matières grasses, des fruits très sucrés et des céréales.

La zone rouge

Elle comprend des aliments à force de stockage assez élevée, comme les desserts ou encore la charcuterie.

La zone violette

Il s'agit des produits industriels plutôt dangereux pour la ligne et la santé, comme les cacahuètes, les chips, le ketchup... 

 

Pour trouver le bon équilibre alimentaire, il est recommandé de consommer 3 types d'aliment par repas, dont un, source de protéines. Voici les schémas alimentaires conseillés : 

 

- 3 aliments verts

- 2 aliments verts + 1 aliment orange (fortement recommandé)

- 2 aliments orange + 1 aliment vert (fortement recommandé)

- 3 aliments orange

- 1 aliment rouge + 2 aliments verts

- 1 aliment vert + 1 aliment orange + 1 aliment rouge

 

L'important n'est pas la quantité des aliments consommés, mais la qualité des choix alimentaires opérés. A noter que la méthode SLIM-data se découpe en 3 phases : 

- la première, dite phase d'attaque, dure 3 semaines pendant lesquelles aucun aliment de la zone rouge et violette ne sont tolérés ; 

- la deuxième, phase de croisière, autorise la consommation d'aliments en zone rouge, et ce, deux fois par semaine ; 

- enfin, la phase de stabilisation est plus conciliante avec les aliments de la zone rouge, dans la limite du raisonnable. Toutefois, ceux de la zone violette reste peu recommandés.


Avantages : respecte les besoins du corps
Inconvénients : apprendre les tableaux de couleurs