Anti-cellulite : toutes les méthodes Lipoaspiration : quel protocole ?

Comme toute opération chirurgicale, la lipoaspiration n'est pas une intervention anodine. Elle demande de la motivation, de la patience et surtout un bon état de santé.

Une intervention mûrement réfléchie

Avant toute opération, un bilan pré-opératoire est effectué pour discuter avec la patiente de ses attentes, prendre ses mensurations et vérifier s'il n'y a pas de contre-indications, à savoir l'obésité, la forte consommation de tabac, la contraception sous pilule, les problèmes pulmonaires et de phlébite. De plus, la lipoaspiration se déroule soit sous anesthésie locale (pour les interventions peu importantes), soit sous anesthésie générale (lorsqu'il y a plusieurs zones à opérer).

Des effets secondaires non négligeables

"Ce type de traitement n'est pas sans laisser de traces."

Ce type de traitement n'est pas sans laisser de traces. D'abord, les petites cicatrices dues aux incisions qui, si elles ne disparaissent pas totalement, peuvent s'atténuer. Ensuite, le port d'une gaine de contention (panty) pendant un mois (jour et nuit) pour diminuer l'oedème post-opératoire, peut être inconfortable. Enfin, la présence de bleus (pendant trois semaines) et de gonflements (pendant deux mois) peuvent être douloureux et handicapants dans la vie quotidienne. Sachez aussi que le sport, tel que le tennis ou le basket ainsi que les expositions au soleil sont interdites pendant au moins un mois après l'intervention. Dernière remarque : s'il est possible d'obtenir des résultats satisfaisants et durables tant sur l'affinement de la silhouette que sur les capitons, il est fortement conseillé d'éviter par la suite toute variation de poids importante et de se résigner à adopter des règles diététiques strictes.

Sommaire