J'ai testé un cours de barre aquatique

Des jambes plus fines et bien dessinées, des abdos toniques tout en douceur : on s'y met au ballet dans l'eau !

© S de P

J'ai toujours été plus sportive que danseuse — une seule leçon de ballet pendant mon enfance a bien prouvé à ma mère que j'avais trop d'énergie pour une discipline aussi académique que la danse classique. J'ai donc passé ma jeunesse à pratiquer tous les sports possibles : handball, tennis, escrime, kayak, foot. L'année dernière, pourtant, quelque chose a changé... Tout à coup, les cours de Body Attack et les séances de High Interval Training ont commencé à me sembler épuisantes, non seulement physiquement, mais aussi mentalement. 

C'est exactement à cette période de transition que j'ai découvert par hasard une pratique toute nouvelle : la barre aquatique ! L'activité consiste à exécuter des mouvements de danse classique à la barre, mais dans une piscine chauffée à 33°C. Sentant les vents qui soufflent le début de l'hiver, je me suis laissé tenter par un essai un dimanche à 12h15 — même si mon vocabulaire de ballet se résumait à " plié " !

A mon arrivée au Studio des Grands Augustins, je suis reçue par Leila Dilhac, une danseuse de l'Opéra de Paris qui a créé la discipline avec un autre danseur, Gregory Dominiak, et un kinésithérapeute. L'idée leur est venue alors que Gregory, qui venait de se faire opérer d'une blessure, faisait sa rééducation dans le bassin: " on a commencé à faire les exercices de barre dans l'eau et on a été agréablement surpris de voir comment son corps à moitié immergé l'aidait à contrôler son centre de gravité et à garder la posture. La résistance à l'eau permettant de travailler les muscles en profondeur ", raconte Leila. Ainsi est née la barre aquatique. 

Le déroulé

Chaque cours dure une heure et la pratique est divisée en trois parties : "échauffement", "exercices" et "relaxation". Toutes les séries, qui comprennent bien sûr les principales positions de la danse classique, sont pensées selon les musiques choisies, la plupart enregistrées par un pianiste. On travaille sur des grands grands classiques comme "Carmen" de Georges Bizet ou "Romeo et Juliette" de Sergueï Prokofiev.

Qu'est-ce que l'on ressent ?
La pratique est intense, mais pas désagréable. Grâce à la résistance de l'eau, les mouvements sont encore plus efficaces.  Dès le lendemain, on sent la présence de muscles que l'on ne connaissait même pas et les jambes semblent plus fines "Tous les exercices travaillent les muscles en extension et étirement ", me dit Leila pour expliquer le résultat de jambes plus minces et toniques. Les muscles abdominaux, l'équilibre et la concentration sont aussi travaillés, ainsi que les bras, qui accompagnent chaque mouvement, mais qui restent en dehors de l'eau, donc forcément moins sollicités. Tout cela sans souffrance et un mental au top.

Verdict
Sans connaître les grands principes de la danse classique, il est possible de suivre un cours et de profiter de ses bénéfices. Même si on se sent un peu perdu au début, le regard attentif et bienveillant des professeurs qui corrigent chaque mouvement et position, nous aide peu à peu à prendre confiance et plaisir. 

Le plus : la relaxation qui nous permet de sortir de l'eau avec la sensation de mission accomplie.

  • Infos pratiques

Barre aquatique
45 euros le cours à l'unité (ou 40 euros le cours avec le carnet de 5)

16, rue des Grands Augustins, 75006

la-barre-aquatique.com