Christian Dior : le maquillage d’Eve du défilé haute couture

Un détour au cœur du Jardin des délices, telle est l’inspiration du défilé haute couture Christian Dior automne-hiver 2015-2016. La femme s’annonce comme une Eve des temps modernes à la sensualité innocente. Décryptage.

© IMAXTREE

"J'étais intrigué par l'idée de fruit défendu" dévoile Raf Simons dans la note d'intention du défilé Dior Haute Couture automne-hiver 2015-2016. Et c’est bien au fruit originel de l’Eden du Jardin des délices de Jérôme Bosch que fait allusion celui dont les influences médiévales ont su réinventer les grands classiques de la Maison Dior. On ne s’étonne donc pas lorsqu’une première silhouette longiligne drapée d’une mousseline de soie blanche jouant la transparence fait son apparition. La peau à peine voilée révèle une sensualité naturelle et ingénue qui se prolonge par une mise en beauté subtile.

Le teint est aussi aérien que le vêtement, il partage sa transparence et révèle la beauté du grain de peau pour laisser libre court à sa carnation originelle, la rendant un peu plus charnelle d’un soupçon de blush. Alors que le corail vient réveiller les superpositions de robes à fleurs et de manteaux amples qui se succèdent sur le catwalk, il s’appose également sur la paupière en harmonie avec la bouche très subtilement colorée tel un voile translucide et irisé. Une mise en beauté pure qui se révèle au contact du vêtement, dévoilant des visages enjôleurs par inadvertance, poussant à son paroxysme la féminité lorsque la chevelure ondule naturellement au gré du vent, effleurant la peau à chaque pas des mannequins, retombant sur leur poitrine sans faux-semblant. L’Eve sensuelle de Dior s’invite en hiver, irrésistible et cachant son émoi dans son manteau à manche de fourrure.