"La femme Lancôme est à la recherche d'élégance et de beauté" ''La cosmétique est un marché éternel et porteur''

Vous évoluez depuis près de 20 ans dans l'univers de cosmétique. Une évidence pour vous ?
Delphine Bresson :
Mon stage de fin d'études sur le maquillage chez Dior a été pour moi une révélation quant à mon désir de faire ma carrière dans l'univers des produits de beauté. J'ai très vite bifurqué vers le soin où je me suis totalement épanouie, car l'univers de la peau est très impliquant puisqu'il touche à l'être, la peau étant aussi le reflet de notre état, de notre bien-être intérieur et épanouissement. Avoir une jolie peau donne confiance en soi.
En tant que femme, j'adhère aux valeurs de Lancôme : féminité, douceur, beauté naturelle, proximité, hédonisme des produits. En pharmacie, vous vendez d'abord un contenu, alors qu'une femme qui vient acheter un produit en parfumerie a aussi envie de se faire plaisir. Je crois beaucoup au polysensoriel : on vend " du contenu ", certes, mais aussi du sensoriel et un bel objet. On vend du rêve. Le luxe, une fois qu'on y a goûté, on n a plus envie de le quitter

Quel regard portez-vous sur ce marché aujourd'hui ?
D. B. : C'est un marché éternel et porteur qui a un bel avenir car il touche à la beauté des femmes et à leur pouvoir de séduction. Mais c'est également un marché très concurrentiel. Avec Internet et les blogs beauté, le niveau d'expertise des femmes a évolué. De l'autre côté, les distributeurs n'ont pas des linéaires extensibles. Ils sont donc très attentifs aux innovations majeures. C'est pourquoi nous nous attachons à développer de vraies nouveautés, comme Visionnaire. Et c'est pour moi la vocation du sélectif qui doit rester avant-gardiste et défricheur des grandes innovations.

 

Sommaire