Focus sur l'augmentation mammaire par transfert de graisse

Une technique récente permet de réaliser une augmentation mammaire grâce au transfert de graisse. Elle permet de lipoaspirer la culotte de cheval et de transférer la graisse dans les seins.

Les seins occupent une bonne place dans la perception qu'ont les femmes de leur féminité et d'une manière générale dans l'idée que l'on se fait de la beauté féminine. Les seins d'une femme peuvent souffrir de plusieurs affections ou malformations. Prenons le cas de l'hypoplasie : ce sont des seins qui ne sont pas assez développés par rapport à la morphologie de la patiente. L'hypoplasie peut être naturelle ou survenir à la suite d'une grossesse ou d'un amaigrissement important. Pour traiter ce problème, la chirurgie plastique a, longtemps, eu recours aux implants (prothèse mammaire) placés derrière la glande mammaire ou derrière le muscle du grand pectoral.

Cette technique existe toujours mais il est aujourd'hui possible de procéder à un traitement de l'hypoplasie par augmentation mammaire naturelle. Cela ne peut se faire, cependant, que dans certains cas précis.

Le principe du "lipofilling" transfert graisseux mammaire
:

La technique du transfert graisseux n'est pas nouvelle. Avant son utilisation pour les seins elle existait (et existe toujours) déjà pour la face. On parle de lipostructure ou lipofilling ou lipomodelage. Le principe est de réaliser sur une patiente une réinjection de graisse autologue. Cela veut dire que des cellules graisseuses vont être prélevées sur des parties de son corps en excès pondéral par lipoaspiration et greffées au niveau du sein pour recréer un galbe naturel.
Pendant très longtemps le lipomodelage s'est caractérisé par des résultats instables. La pérennité des cellules graisseuses greffées était en cause. On constatait, souvent, une diminution de volume importante après l'intervention. Les raisons de ces échecs ont été analysées et la technique du transfert graisseux au niveau du sein s'est améliorée ces dernières années. Elle est, aujourd'hui, reconnue comme étant très efficace. Cependant, cette technique continue de soulever quelques questions.

Le transfert de graisse favorise-t-il l’apparition d'un cancer du sein ?


Jusqu'à présent aucune preuve sur l'existence d'une relation de cause à effet entre le transfert graisseux mammaire et le cancer du sein n'a été établie. Un bilan des seins doit être effectué avant l'opération chirurgicale auprès d'un radiologue spécialisé en imagerie du sein, pour savoir s'il y a un risque de survenue d'un cancer. Après l'opération la patiente s'engage à réaliser un bilan annuel des seins auprès du même radiologue si possible.

À qui s'adresse cette technique ?


À l'inverse de l'augmentation des seins par implants, le transfert de graisse vers les seins vise des augmentations de volume modérées : souvent, il s'agit de retrouver une taille normale des seins (par rapport à la morphologie) après un traumatisme, une perte drastique de poids ou après une grossesse. Les patientes réticentes à la solution artificielle des implants sont aussi attirées par cette technique.
Les transferts graisseux sont appropriés dans certains cas comme :


- le syndrome de Poland


- l'aplasie du sein ou l'hypoplasie du sein


- les seins tubéreux
- le pectus excavatum


- les déformations survenues durant l'enfance


Les cas de malformations sont différents les uns des autres c'est pourquoi le traitement est variable même si des techniques conventionnelles de chirurgie plastique peuvent être utilisées chez certaines patientes. Le lipomodelage demeure un acte chirurgical et , par conséquent, doit être réalisé par un chirurgien plastique compétent.

Les indications
:

La patiente doit disposer d'un capital adipeux suffisant qui permette de prélever de la graisse.
- Le transfert de graisse convient parfaitement aux patientes voulant harmoniser la forme de leurs seins par une augmentation modérée.

Les avantages:

Deux avantages principaux apparaissent clairement :
- le transfert de graisse permet une augmentation 100% naturelle, il n'y a pas de corps étrangers. On évite, ainsi, les problèmes de rejet.
- en enlevant de la graisse dans une partie en surcharge graisseuse pour la réutiliser au niveau des seins, cette technique permet de résoudre deux problèmes en une seule opération.

Les inconvénients
:

La limite principale du lipomodelage est la quantité de graisse disponible. Elle ne convient pas aux femmes très minces.
- si un amaigrissement important survient après la chirurgie, le volume des seins traités baisse en conséquence puisque les tissus graisseux greffés sont vivants. Une prise de poids entraine, a contrario, une augmentation du volume des seins. La patiente est, donc, obligée de stabiliser son poids.

L'intervention
:

Le lipomodelage se fait sous anesthésie générale parce que plusieurs zones sont concernées (sites de prélèvement et seins) et nécessite une hospitalisation de 12 à 24 heures. Il faut s'attendre à l'apparition d’œdèmes qui cicatrisent au bout d'un à trois mois.