Au soleil : je protège ma peau !

Les risques du soleil. La protection adaptée de la peau au soleil

Au soleil : je protège ma peau !

 

Au soleil, je protège ma peau, sinon, très rapidement, je risque de vivre la désagréable expérience du coup de soleil, de l’insolation, ou de la déshydratation…

Mais aussi, bien plus tard, je risque d’observer le vieillissement accéléré de ma peau, et, pire, l’apparition de cancers tels que le carcinome ou le mélanome.

 

Alors, pour mes vacances, je prévois : des vêtements légers qui recouvrent ma peau, des textiles anti-UV pour les séances de sport au soleil (natation, surf, planche, voile…), je n’oublie pas mes lunettes de soleil et mes chapeaux à larges bords (pour protéger mon front, mes oreilles et ma nuque).

J’évite de m’installer dans une chaise longue au soleil entre 12h et 16h, mais j’évite aussi de faire du sport à ce moment de la journée.

Et je repense attentivement à tous les médicaments que j’ai pris (en comprimés, mais aussi en pommades) au cours des 3 dernières semaines, car certains peuvent être photosensibilisants, c’est-à-dire déclencher des allergies parfois graves au soleil.

 

J’applique une crème solaire sur ma peau.  Au fait, que contient-elle ? Une crème solaire contient en général un mélange de plusieurs filtres chimiques, invisibles, qui neutralisent l’effet des rayons UV dans la peau, et de poudres minérales (oxyde de titane et de zinc) un peu opaques, qui restent à la surface de la peau et réfléchissent les rayons UV comme un miroir.

 

Comment bien choisir ma crème ?

Le choix de l’indice de protection : faible, moyen, fort, très fort, dépend du type de peau (ou phototype), de l’âge de la personne à protéger, du lieu de l’exposition (plage de sable, mer, bateau, montagne, neige, campagne, ville…), de l’heure d’exposition, de la durée prévisible de l’exposition…

N’oublions pas que la réverbération des rayons du soleil est très importante sur  l’eau, la neige, le sable. Ainsi l’ombre d’un parasol ou d’un arbre ne protègera que de …10% du rayonnement ! autant dire : presque rien.

 

Pour être bien protégées, les personnes à peau claire doivent choisir des protections élevées à très élevées, les personnes à peau foncée ou mate peuvent s ‘autoriser des indices moyens à condition de ne pas rester trop longtemps au soleil.

Les nourrissons ne doivent pas être exposés au soleil. Les petits enfants doivent être protégés avec des crèmes contenant des écrans minéraux, moins allergisants que les filtres chimiques.

 

Pour que ma crème solaire soit efficace, je dois l’appliquer en quantité…suffisante ! Et renouveler les applications après le sport, les baignades, et au moins toutes les 2 heures .

 

Et je ne parle plus jamais d’écran total… car aucune crème, même d’indice très élevé, ne protège de 100% du rayonnement solaire !

 

Enfin, je ne reste pas plus longtemps au soleil sous prétexte que j’ai mis une bonne crème protectrice. En effet la crème solaire apporte une protection partielle contre les UVB (responsables des coups de soleil) et modérée contre les UVA (responsables du vieillissement et des cancers de la peau). Toutes les peaux sont susceptibles de vieillir ou de développer des cancers au soleil, à des vitesses différentes en fonction du phototype, de facteurs génétiques, de l’intensité des expositions, de leur durée et de leur fréquence.

 

Finalement, le capital soleil, c’est comme un permis à point… avec une injustice : on ne démarre pas tous avec le même nombre de points !