Le parfum d’une mère

Dans un article précédent, je parlais de l’amour inconditionnel que porte un enfant à l’odeur de sa mère. A l’occasion de la fête qui les honore, j’ai souhaité approfondir ce sujet.

Au fin fond de notre mémoire olfactive repose une odeur unique. Véritable Graal de l’apaisement et du réconfort, il s’agit du parfum de sa maman. A la sortie du ventre de sa mère, le nouveau né cherche, d’un instinct presque animal, le sein de sa mère qu’il trouverait visiblement grâce à l’olfaction.  Par la suite, et sans raison apparente, cette odeur nous accompagne, et même des années après l’avoir sentie pour la dernière fois, elle reste dans notre inconscient émotionnel.

Pour comprendre un peu plus la chose, je me suis arrêtée sur deux aspects techniques propres à l’odorat. Tout d’abord  la singularité de l’odeur individuelle et ensuite la longévité de la mémoire olfactive.

Il est aujourd’hui prouvé que, tout comme les empreintes digitales, ou le fond de l’œil, chaque individu possède une odeur qui lui est propre. A titre d’illustration, il y a plus de 40 ans, est née en Hongrie, une science dite des odeurs ou encore Odorologie qui consiste, grâce à une méthodologie bien précise, à piéger les empreintes olfactives pour permettre de retrouver ensuite leurs propriétaires. Aujourd’hui cette technique est utilisée par les polices scientifiques du monde entier. Dans le même sens, l’université de Cambridge a  développé un appareil doté d’un nez électronique capable d’absorber les molécules chimiques propres à chaque odeur.

Concernant maintenant la mémoire olfactive,  elle est considérée comme étant la plus fidèle et la plus durable puisqu’elle fait appel à notre mémoire sensorielle mais aussi émotionnelle. Selon plusieurs travaux de recherche en psychologie et neurologie, la mémoire olfactive permet notamment à des personnes âgées de se replonger aux premiers âges de leur enfance alors que le label verbal les amène tout au plus à leur adolescence. Ainsi, des ateliers olfactifs voient le jour dans nombres d’hôpitaux aidant les personnes atteintes de dégénérescence de la mémoire.

En rapprochant ces deux points nous pouvons comprendre plus aisément que l’odeur maternelle est très tôt, et tout au long de  la vie, associée par l’Homme aux câlins maternant qui ont bercé son enfance.

Quid à présent de l’usage du Parfum ? En effet, à la lecture de ces quelques lignes vous penserez peut-être que l’utilisation d’un parfum pourrait dénaturer votre propre odeur. Et bien je ne suis pas de cet avis. Je pense bien au contraire que le parfum est avant tout fait pour sublimer sa propre odeur corporelle et non l’anéantir (finalement comme un aliment justement assaisonné qui  révélera d’autant sa saveur).

Les seules recommandations que j’apporterais seront de choisir son parfum en le testant sur sa peau, surtout sans se laisser influencer par ce qu’il dégage lorsqu’il est porté par un autre. Un parfum bien choisi une fois porté est unique et parfois même méconnaissable.  Il est également important de le tester dans un endroit serein et neutre.

Aussi, et selon cette perspective (qui n’engage que moi), s’ il est trop compliqué de choisir un parfum pour un autre, et même pour Maman, rien ne vous empêche de lui offrir Son parfum, un parfum pour sa maison, ou encore mieux de prendre un moment à deux pour aller choisir la plus jolie des fragrances pour la plus belle des mamans.