J'ai découvert le maquillage nude

J'ai fait une découverte : le maquillage nude. Pas évident de se renseigner via internet sur cette tendance, Google ayant décidé que le mot "nude" n'était pas approprié pour mes petits yeux. Analyse par un néophyte.

A l'issu de recherches, mes dernières incertitudes balayées par l'observation minutieuses de clichés photographiques, j'ai pensé résumer le concept en la phrase suivante :

"Se maquiller pour ne pas avoir l'air maquillé"

Mon cerveau, un bref instant plus tard, pour assimiler l'idée, de réagir en me disant : "Mais pourquoi ne pas simplement ne pas se maquiller ?". Mon cerveau à la facheuse tendance à faire de piètres raccourcis. Je ne l'ai pas écouté, si cette tendance existe, il y bien une raison, et j'y ai réfléchi.

Deux théories s'affrontent dans mon esprit pour expliquer le concept :

Théorie du "Pour de faux"

La première est que l'action de se maquiller est un plaisir colossal à elle toute seule. Le maquillage n'est pas important en lui même, et on reproduit exactement la même chose que ce qu'il y a en dessous, comme un papier calque. A la limite, on pourrait même se contenter de faire, a la manière du air-guitare, du air-maquillage, et de faire les gestes dans le vide. Mouais... Après, il faudrait vivre avec le regard des autres sur soi, regards qui diraient "La pauvre, elle ne le fait pas exprès...". Camisoles a prévoir sous peu.

Théorie de "L'escobarderie"

Ma deuxième théorie, c'est que ce n'est pas totalement nude de chez nude. Car si le nude est réussi quand on vous trouve naturelle, personne ne devrait le remarquer (surtout les hommes). Donc on en rajoute un petit peu pour ça se puisse se voir un petit peu. Et puis encore. Et parfois, encore. Et je trouve que ça se voit. Et je trouve ça mal de présenter ce maquillage comme naturel, c'est vouloir tromper la nature, vendre du yaourt bio alors qu'il contient du cheval, dire qu'on est écolo au volant de son 4x4, dissimuler la vrai vérité réelle des choses qui est clairement que ... OUI TU AS MIS DU MAQUILLAGE ! ... Je me calme.

Bilan

Un point dans le camps des pousses hauts : on évite de prendre son visage pour une toile vierge sur laquelle il faudrait étaler des couches et des couches, car le nude c'est généralement léger, donc proche du naturel, et moi c'est ce qui me plait le plus le naturel.

Ah... On me dit dans l'oreillette que l'on peut faire du nude sans que ce soit léger, en application par louches plutôt que par touches. Un point dans le camps des pousses bas. Et je pense que c'est plutôt cette version qui me chafouine, car sur certains clichés, le nude ressemble au naturel écaché.