La détox, alliée de la minceur

La détox est un sujet qui vient alimenter nos conversations post réveillon. La culpabilité et les remords nous poussent à réagir face à la couche de gras qui s’épaissit à vue d’oeil durant cette période.

Que signifie vraiment le terme "détox" ?
Il s’agit en fait de débarrasser son corps de toutes les substances toxiques (issues des facteurs alimentaires et environnementaux) qu’il accumule quotidiennement et qui, sans même que l’on s’en rende compte, insidieusement, viennent gripper les rouages de la mécanique humaine.  

Un déséquilibre lié à notre mode de vie 
Mais comment en arrive-t-on à cette situation ? La réponse est simple : nous ne mangeons pas ce que nous devrions ! N’oublions pas que notre mode de vie a plus évolué au cours du dernier siècle que lors des 5 millions d’années précédentes, alors que nous avons nous-mêmes très peu changé génétiquement. L’homme préhistorique se nourrissait principalement de fruits, de baies et de racines, et contrairement aux idées reçues la part des protéines animales ne dépassait pas 10 à 15% de son alimentation. Souvenons-nous que nous sommes des omnivores et non des carnivores, dont la petite taille des intestins ne laisse pas le temps aux protéines animales de se transformer en toxines. Les nôtres étant beaucoup plus longs, ils permettent certes de mieux tirer le meilleur de tous les nutriments, mais sont en contrepartie un terrain propice à la stagnation de certaines substances résiduelles. Manger de la viande midi et soir tous les jours de la semaine est totalement inapproprié, entrainant plutôt un affaiblissement général que le gain de force escompté. A plus long terme, se nourrir de féculents au dîner ne fera qu’accentuer les dégâts que nous avons évoqués ci-dessus.

D’autres molécules viennent perturber l’équilibre intestinal et sont susceptibles d’en accroitre sa perméabilité : les colorants, les conservateurs, les polluants divers, tous inconnus de notre patrimoine génétique. Il est d’ailleurs à noter que ce sont également des molécules dont on sait maintenant qu’elles jouent un rôle néfaste dans la production de nos hormones, mieux vaut donc les évacuer par notre système digestif ou par un foie en bon état de marche. Et ce, en mangeant bio ! 

L'importance des fibres
L’utilité des fibres est admise par tous sans en connaitre réellement les raisons. Il en existe en fait deux sortes, les solubles (issues de la structure interne des végétaux) et les insolubles (provenant de l’enveloppe externe).
Ces dernières, très hydrophiles, vont gonfler en présence d’eau, ce qui leur confère d’ailleurs un rôle important dans la satiété, et ne vont que très peu interagir chimiquement avec l’estomac et les intestins. Leur action mécanique va les transformer en une espèce de chasse d’eau intestinale capable de limiter la prolifération des putrescences issues de résidus alimentaires, dont ceux, on l’a vu, d’origine animale. Les fibres solubles sont à l’inverse très peu hydrophiles et, en se liant notamment aux sels biliaires ainsi qu’à des minéraux et des oligo-éléments, elles vont former un gel qui va ralentir le passage du sucre dans le sang et ainsi limiter les pics d’insuline (important donc dans la lutte contre le diabète). Mais pour en revenir au thème de la détox, en se "transformant" en acides gras par fermentation, les fibres solubles s’avèrent être la principale source d’énergie des bactéries contenues dans les intestins. En conclusion, la combinaison excès de protéines animales et déficit en fibres est un cocktail qui explosif qui peut mener droit…dans le mur !


Quelles solutions ?
Il est temps de réparer les conséquences de nos erreurs passées avec une monodiète de 3 jours. Ces 72 heures qui vont laisser le temps aux cellules des parois de l’intestin de se renouveler entièrement sont  la porte d’entrée de la méthode Fitnext. En ne leur fournissant qu’un seul et même aliment, naturel et facile à digérer, l'écosystème va pouvoir se restaurer, après avoir au préalable éliminé tous ses hôtes perturbateurs. Vous pouvez ainsi attaquer les jours suivants avec une barrière qui va permettre aux autres organes de travailler sereinement et de se renouveler, eux aussi, à partir de bons matériaux. Le foie met environ un an avant d’être tout neuf.
Le moral va s’en ressentir. Adieu stress, angoisse et sommeil agité. Et quand tout fonctionne bien dedans cela se voit très vite dehors : cheveux, peau, et ongles vont retrouver de leur vigueur. N’oubliez pas que nous ne sommes que le fruit de ce que nous assimilons et qu’il est donc utile de prendre soin de son alimentation. De plus, et bien que ce ne soit pas le but premier de la détox précisons le, il est possible d’assister à des pertes de poids spectaculaires chez ceux ayant accumulé des années de "malbouffe".

Cependant si vous souhaitez réellement redonner une seconde vie à vos organes, il sera nécessaire d’inscrire cette notion de détox dans la durée. N’imaginez pas qu’après ces trois jours il soit possible de tout se permettre. Au contraire même, il faudra profiter de ce "reset" pour bâtir votre schéma nutritionnel sur des fondations  nouvelles. Mais il vous sera alors beaucoup plus facile d’exclure, ou de limiter, des substances dont vous n’auriez pas une seule seconde pu imaginer vous priver. 

Les pollutions alimentaires et environnementales (additifs, antibiotiques, hydrocarbures, pesticides, etc.) auxquelles nous sommes inexorablement exposés imposent un renouvellement bi annuel de la monodiète (souvent à base de pommes ou de raisins). L’idéal étant de les effectuer aux changements de saisons (printemps/automne) qui marquent des ruptures dans les rythmes de la planète (jusque dans les ressources qu’elle nous propose) et sur lesquels il est bon de se caler. 

Cette "détox durable" repose sur quelques fondamentaux. Redonner la part belle aux fruits, aux légumes et aux féculents (avec parcimonie pour ces derniers), n’introduire les protéines animales qu’à des doses raisonnables (à quand des restaurants où celles-ci ne seraient que l’accompagnement du végétal ?), exclure au maximum toute forme de sucre au pouvoir hormono-perturbateur, respecter certaines règles chronologiques et combiner le tout avec quelques séances hebdomadaires d’activité physique. Nul besoin ici de dresser l’inventaire des bienfaits liés au sport, rappelons simplement qu’il a cette capacité à stimuler l’ensemble de nos émonctoires (c'est-à-dire nos usines de retraitement des déchets) que sont le foie, les reins, la peau, les poumons et donc nos fameux intestins. Et en cela, il est l’allié idéal de votre détox. 

Plus d'informations sur la méthode Fitnext