J'ai testé les extensions Great Lengths

Troquer mon carré contre une chevelure de sirène... L'idée est plutôt alléchante. Surtout en cette période de grand froid. C'est décidé je teste les extensions capillaires.

J'ai testé les extensions Great Lengths
© Subbotina Anna - Fotolia

j'ai teste les extensions valua vitaly 275
Mes cheveux ont poussé de 40 centimètres en trois heures. © Valua Vitality - Fotolia

Il y a quelques mois, j'ai fait mes adieux à mes longs cheveux et dit bonjour à un carré. Au bout de quelques temps de grande satisfaction, le jour des regrets est arrivé. "Je peux rien faire avec mes cheveux ! J'aimerais tellement pouvoir me faire un chignon romantique comme le tien...". Force était de constater que je repensais à ma chevelure avec nostalgie.
Un beau matin, coup de fil de l'attachée de presse de Great Lengths qui me propose de tester les extensions capillaires. J'accepte le rôle de cobaye de la rédaction avec une certaine excitation et fixe le rendez-vous.

Première rencontre, heure du diagnostic

Avant de passer à la pose, je me rends au premier rendez-vous. Indispensable, il est l'occasion pour la coiffeuse d'évaluer le nombre de mèches nécessaire et de vous faire un devis précis pour éviter les mauvaises surprises au moment de passer à la caisse. Marina, spécialiste de la pose des extensions Great Lengths s'occupe de moi. Elle m'explique que j'aurai besoin de 125 mèches au total et qu'il faudra prévoir au moins trois heures pour la pose. Pour la teinte des extensions, elle compare mes cheveux au nuancier pour coller au mieux à ma couleur naturelle. Aucune hésitation, ce sera la numéro deux. Nous fixons le rendez-vous au samedi suivant. 

 

Appelez-moi Raiponce

Samedi matin, 10 heures. Me voilà au salon de coiffure Jean-Claude Biguine, avenue de la République à Paris. Prête à changer de tête. Avant la pose des extensions, place au shampooing. Marina me sèche les cheveux et nous passons aux choses sérieuses. Elle m'explique que les mèches sont fixées à la kératine. Pour ce faire, nul besoin de chaleur, l'attache se fait à l'ultrason. Les cheveux proviennent d'Inde et sont traités minutieusement. Pour les teindre dans la nuance voulue, ils sont décolorés à blanc puis trempés dans des bacs de coloration. Une par une, Marina pose mes extensions avec beaucoup de dextérité. Trois heures et quelques papotages plus tard, ma chevelure a poussé de 40 centimètres. Ce soir, au Macumba, je vais pouvoir balancer ma chevelure de rêve et épater les copines ! 

 

L'entretien

Toute chose a ses inconvénients. Quand on a la chevelure d'Arielle la petite sirène, il faut l'entretenir au quotidien. Première recommandation : pas de shampooing avant 48 heures au risque de faire gonfler la kératine et de voir toutes mes mèches glisser. Ce délai permet à la fixation de bien adhérer à mes cheveux. Pour les laver, il faut que j'utilise des soins sans silicone pour les mêmes raisons citées auparavant. Autre commandement essentiel pour garder mes extensions Great Lengths le plus longtemps possible : les démêler deux fois par jour. Et bien comme il faut, de la racine aux pointes. Si je ne le fais pas correctement, je risque de me retrouver avec des dreadlocks. Bien que fan de notre regretté Bob Marley, je ne suis pas pour adopter son style capillaire. Je me regarde une nouvelle fois dans le miroir et je suis très satisfaite du résultat, plus naturel que je l'aurais cru. Je peux désormais partir et me balader les cheveux au vent. 

 

Ce que j'ai aimé : l'accueil et le professionnalisme de Marina. Mais je suis surtout ravie du résultat.
Ce que je n'ai pas aimé : la pluie en sortant du salon de coiffure.

Infos :
Extensions Great Lengths au salon Jean-Claude Biguine
19 avenue de la République
75011 Paris

Pour trouver le salon le plus proche de chez vous : www.greatlenghts.fr