Partager cet article

RSS
Femmes > Beauté >  Femme idéale > L'Antiquité
Vénus de Milo
Vénus de Milo, 130-90 avant J.C. © Musée du Louvre

Pendant la période archaïque (VIIe-VIe siècles avant J.C.), les statues ne représentent jamais de personnes réelles : elles s'attachent, au contraire, à un idéal de beauté, de piété, honneur ou sacrifice. Cet idéal est alors incarné par un jeune homme, entre l'adolescence et l'âge adulte. Les femmes, quant à elles, sont drapées dans des tuniques laissant voir la forme de leur corps aussi athlétique que celui des hommes. En effet, à cette époque, la beauté réside dans l'harmonie du corps et non dans un quelconque artifice : seul l'exercice physique peut permettre d'obtenir le corps musclé adéquat. Ce n'est qu'à partir du Ve siècle que la statuaire s'attache à représenter également de vraies personnes. C'est le sculpteur Praxitèle qui fait accepter pour la première fois le nu féminin. Il présente une image érotique et féminine de la femme, et s'inspire, pour ses sculptures d'Aphrodite, des courbes et du visage de Phryné, célèbre courtisane de l'époque.

 

» Secret de beauté : Si l'idéal féminin était très naturel, cela n'empêchait pas les femmes de se peindre les lèvres avec de la terre rouge, de s'appliquer du safran sur les paupières et du noir de fumée sur les cils et les sourcils.

Magazine BeautéEnvoyerImprimerHaut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Que pensez-vous de Vanessa Paradis avec les cheveux courts ?

Tous les sondages